We are part of The Trust Project What is it?

Les ambitions RV de Samsung ne se sont toujours pas essoufflées : on a vu la plateforme Gear VR s’agrandir et s’améliorer au fil des 5 générations de casque.

La dernière en date, couplée au Samsung Galaxy S8 ou S8+ est certainement la meilleure. À dire vrai, le casque ne diffère pas vraiment de la version précédente, à l’époque conçue pour accueillir le rapidement oublié Galaxy Note 7, et n’avait lui-même pas beaucoup évolué depuis la version antérieure.

La vraie différence cette fois, c'est la manette sans fil. Auparavant, les seules interactions physiques possibles était au travers du touchpad situé sur le côté du casque, sinon il fallait investir dans un gamepad dont quelques développeurs ont fait bon usage.

Mais aujourd’hui, ces manettes sont l’élément central du dispositif, et permettent des expériences plus confortables et plus complètes. Et vous n’avez pas besoin d’un super PC pour vous en servir.

CONÇU POUR LE S8

Clairement, peu de choses ont changé depuis la dernière version du casque. Le Gear VR est toujours une coquille vide qui n’attend qu’à être habitée, et cet habitant n’est autre que votre semi-récent flagship Samsung.

Bien évidemment il sera mieux avec le Galaxy S8 ou le Galaxy S8+ qui ont tous deux des écrans AMOLED QHD super vastes et larges (les meilleurs écrans de smartphone à l’heure actuelle) et le processeur le plus rapide du marché, que ce soit l’Exynos 8895 ou le Snapdragon 835.

J’ai utilisé le Galaxy S8 standard pour ce test, et l’expérience était très fluide. Les jeux n’étaient pas spécialement plus performants que lorsque j’avais utilisé le Galaxy S6 Edge+ avec le premier Gear VR grand public, mais il y a une différence essentielle entre les deux : il n’y a eu aucune surchauffe ; pas de pop-up d’avertissement ni de buée dans les lentilles. C’est un sacré avantage.

Cependant, vous n’avez pas besoin d’avoir le dernier smartphone de la marque pour utiliser le Gear VR : vous pouvez échanger le câble USB-C par un micro-USB et utiliser n’importe quel autre Galaxy, que ce soit le S6, le S7 ou le Note 5. Ils ont tous d’excellents écrans Quad HD, donc la seule différence sera la vitesse du processeur et la surchauffe ou pas. 

BIEN EN PLACE

Autrement, le casque en lui-même n’a pas beaucoup changé : il est solide et confortable, et n’est pas trop lourd une fois sur la tête, même s’il pince quand même un peu mon nez. Je suppose que c’est le prix à payer pour passer une demi heure à regarder Smash Hit.

Les bandes ajustables en Velcro sur les côtés vous aideront à ajuster convenablement le casque sur votre tête. Finalement, il n’y a qu’une seule taille supplémentaire par rapport aux modèles précédents, mais elle est parfaite pour les porteurs de lunettes. Même si on a toujours la sensation que le casque est collé à nos yeux, il y a assez d’espace pour qu’il soit raisonnablement confortable.

Ceci dit, j’ai remarqué qu’un peu de lumière s’introduisait au niveau du nez. C’est très faible et se remarque uniquement lorsque rien n’est à l’écran, mais j’ai dû m’assurer de minimiser la luminosité autour de moi.

Comme avant, il y a une molette au sommet du casque qui permet d’ajuster les lentilles afin que la mise au point soit aussi bien que possible. Cependant, tout le processus d’installation (glisser votre téléphone dans le casque, le mettre sur votre tête et naviguer dans l’interface) ne vous prendra que quelques secondes.

LE POUVOIR ENTRE VOS MAINS

Même si le touchpad sur le côté du casque est toujours là, il n’a jamais été un moyen particulièrement efficace d’interagir avec les jeux. En l’utilisant, vous pouvez être sûr qu’au bout d’un moment vos doigts vont se tromper, et si vous jouez longtemps, vous finirez par avoir mal au bras.

Heureusement, les manettes Gear VR sont là pour rattraper la chose. Elles semblent être inspirées des manettes du Google Daydream View et ressemblent beaucoup à celles du HTC Vive, mais plus petites. On peut « cliquer » sur le touchpad dans diverses directions pour contrôler des choses différentes selon le jeu.

Mais il y a aussi une belle et grosse gachette (idéale pour les shooters) et quelques bouton dédiés au menu le long du manche. La manette fonctionne grâce à une paire de piles AAA mais reste très compacte. Vous pouvez même la glisser dans la bande du casque pour la ranger. Non, elle n'est pas tombée à plat lors de ma semaine de test, mais c’est quand même embêtant de devoir la changer : les manettes du Google Daydream View sont, elles, rechargeables… c’est tout de même plus agréable.

Elles sont pas mal. Elles sont vraiment pas mal, en fait. Sans capteurs extérieur qui détecte vos mouvements, la manette Gear VR n’est pas aussi précise ou complexe lors de vos interactions comme c’était le cas de la manette du Vive ou de l’Oculus Touch, mais elle fait du très bon travail grâce à son accéléromètre et son gyroscope intégrés.

Dans les jeux, vous l’apercevrez sous la forme d’une baguette magique ou d’une arme, et le fait que vous ayez une manette qui a les mêmes réactions dans le jeu que dans vos mains est encore plus imersif. Elle est super réactive, assez précise pour viser avec des armes et réussir des head shots, et semble de bonne facture.

Son seul défaut, c’est qu’il faut régulièrement la recentrer durant la partie. Le Gear VR va perdre petit à petit sa position au fur et à mesure que vous bougez et que vous secouez la manette. Pour la recentrer, il faudra simplement pointer devant vous tout en maintenant le bouton Home appuyé.

C’est un peu bizarre mais, encore une fois, on parle ici d’un dispositif de VR mobile super abordable, il a forcément quelques petits ratés. Et celui-ci n’est pas non plus trop gênant.

QUELS JEUX ?

Seulement une semaine après sa sortie, le nombre de jeux et d’applis compatibles avec la manette ont doublé (il y en a actuellement 35), alors qu’il n’y en avait qu’entre 15 et 20 sur le site d’Oculus avant sa commercialisation. Pour nombre d’entre eux, il s’agit de jeux Gear VR déjà existants qui ont été mis à jour pour être compatibles avec la manette.

Drop Dead est fun, même s’il est un peu simpliste : vous devrez décapiter des zombies en utilisant la manette. Rangi est un puzzle assez cool qui se base sur l’environnement, même s’il n’est pas aussi complexe ou exigeant que The Witness, mais il donne tout autant envie. Dragon Front, un jeu de collection de carte et de bataille qui vous permet de balancer un peu de fantasy dans votre quotidien. Et ce n’est qu’un aperçu de ce qui vous attend.

De son côté, Paint VR est une version simplifiée du superbe Tilt Brush de Google pour Vive et Oculus Rift, et c’est super sympa de dessiner en 3D tout autour de vous. Des applis comme AltspaceVR, Star Chart et Facebook 360 ont été mises à jours et sont maintenant compatibles avec les manettes.

Même les jeux qui ne possèdent pas la petite certification « compatible avec la manette » sont mieux avec. Smash Hit et EVE: Gunjack sont bien plus faciles à contrôler puisque vous n’avez plus à perdre vos doigts sur le côté du casque, et il vous n’aurez aucun mal à les apprivoiser.

Si vous aviez déjà acheté un gamepad pour votre Gear VR, vous pouvez quand même l’utiliser avec de nombreux jeux, même s’il ne détectera pas les mouvements dont certains jeux compatibles ont besoin. D’un autre côté, c’est le seul moyen de pouvoir jouer à Minecraft sur Gear VR étant donné que la manette ne conviendra pas.

Même si le Gear VR propose de superbes expériences, il manque de jeux plus longs et plus complets, des jeux un peu plus premiums, en fait. Il semblerait que le Google Daydream View en propose déjà un peu plus, et évidemment l’Oculus Rift et le HTC Vive ont de très bon jeux, bien consistants. On aurait bien aimé avoir plus de jeu et d’appli auxquels on voudrait bien jouer plus de 15 min.

PREMIER VERDICT

Si votre téléphone est compatible, le Gear VR plaira à tous ceux qui ont ne serait-ce qu’un petit intérêt pour la RV.

Pour 129 € de plus, vous aurez accès à des expériences vraiment très divertissantes, et par rapport à un HTC Vive ou un Oculus Rift, le prix est ridiculement bas.

La manette n’est pas non plus un changement extraordinaire, mais c’est un sacré avantage : elle permet plus de confort, de nouvelles interactions et d’élargir les horizons de la plateforme de Samsung. De plus en plus de jeux deviendront compatibles au fil du temps mais, même maintenant, c’est vraiment mieux. Le Daydream View de Google n’a pas vraiment eu le succès escompté, et en plus, d’autres fabricants cherchent à rejoindre l’aventure de la RV : pour nous, la Gear VR a toutes ses chances pour conquérir votre cœur.

Si vous avez déjà un casque Gear VR mais plus ancien, alors vous avez de la chance : Samsung vendra la manette séparément pour environ 40 $, et elle sera compatible avec votre appareil. Donc si c’est le cas, pas la peine de vous affoler. Pour tous ceux qui ont un Galaxy S8 ou un autre smartphone compatible : c’est la meilleure version et la plus complète à ce jour, et vous passerez de super moments sans dépenser une fortune. 

L’avis de Stuff 

Samsung Gear VR avec manette Oculus – test

Un des plus gros bonus du Galaxy S8. Ça vaut le détour si vous voulez vivre une vraie expérience de RV imersive. 
€ 129
Points forts 
Des expériences de RV imersives
Solide, design agréable
La manette est un gros plus
Points faibles 
Uniquement compatible avec les flagships
Des jeux plus consistants pleaaase !
Un peu de lumière passe

Where to buy Samsung Gear VR avec manette Oculus –: