Il y a eu au moins une tablette hybride Microsoft par an depuis 2012. Chaque nouveau modèle apportait des améliorations au design et aux composants, mais la Samsung Galaxy TabPro S s'est incrustée et donne à la Surface l’impression d’être un peu grosse et surannée.

C’est une hybride Windows 10 qui a la puissance d’un bon ordinateur portable, mais le genre de corps que vous ne voyez habituellement que sur les meilleurs appareils Android. On peut dire que Samsung est passé maitre dans l’art de fabriquer des appareils électroniques de ce genre.

La Galaxy TabPro S est un honnête remplaçant à un ordinateur portable, bien plus que la série Pro des iPads. Quoique ça n’est pas donné, à 999 €. Au moins il inclut le clavier sans lequel la TabPro S ne servirait pas à grand chose.

Une nouvelle Galaxy

Galaxy était une des séries d’appareils mobiles Samsung parmi d'autres, mais maintenant c’est un monstre qui domine le monde des appareils portables sauf pour la part dont Apple s’est emparé.

La Galaxy TabPro S voit Samsung mettre de côté le lustre de la marque pour une tablette hybride Windows 10. Et ça marche plutôt bien.

Comme les téléphones Galaxy, la Galaxy TabPro S possède des contours métallisés mais propose du plastique pour la partie arrière plutôt que du verre. Même en utilisant du Gorilla Glass 4, on peut s’attendre à ce que ça soit assez fragile pour une tablette de cette taille.

Il n’en a pas été question en termes de ressenti. Quand le clavier de la Galaxy TabPro S est attaché, il couvre totalement la partie arrière avec une fabrication imitation cuir. De voir à quel point l’objet reste fin même avec l’étui clavier attaché est un atout majeur. La tablette seule est épaisse de 3,3 mm, assez pour rendre jaloux la plupart des smartphones, avec le clavier, elle reste si légère et fine qu’elle concurrence des ordinateurs ultra légers comme le MacBook 12“. Elle pèse à peine plus d’un kilo tout inclus.

La Galaxy TabPro S semble plus à son aise avec son clavier attaché. Sans lui, la partie tablette est plutôt grosse, comme la vision d’une version digitale d’un journal dans un film de science fiction des années 90, plutôt qu’une petite tablette à laquelle on était habitué.

Vous obtenez le même effet avec l’iPad Pro 12“. J'éviterai d'en utiliser une dans le train, plus pour le fait qu’elle attire l’attention que parce qu’elle pèse 670 grammes.

La question qui vient donc est : pour quelles raisons allez-vous utiliser la tablette seule ? Contrairement à un iPad Pro, ça n’est pas la meilleure tablette pour les jeux ou les activités artistiques. La Galaxy TabPro S n’a pas d'accéssoire du genre stylet. Il ne s’agit pas de ça.

Elle gèrera quelques fonctions typiques des tablettes avec style. Je ne vois pas beaucoup d’autre appareil qui convienne mieux pour lire des bandes dessinées ou regarder un film pendant que vous végétez chez vous.

OLED au rendez-vous

Tout ceci nous amène à l'atout le plus éblouissant de la Galaxy TabPro S, au sens littéral. Elle possède un superbe écran AMOLED 12“  avec une résolution de 2880 x 1440. La même technologie utilisée dans les smartphones haut de gamme, étendue à l’écran d’un ordinateur.

Presque aucun ordinateur n’utilise d’écran OLED parce qu’ils sont bien plus chers que les écrans LCD. Ce composant à lui seul justifie pourquoi la Galaxy TabPro S est si chère.

Les deux parties qui vous convainquent qu’il ne s’agit pas d’une tablette ordinaire sont les couleurs et le contraste. Ses couleurs sont plus riches, plus intenses que n’importe quel ordinateur sur lequel j’ai posé les yeux ces dernies temps, et comme les OLEDs utilisent des pixels plus lumineux, le contraste est théoriquement infini.

Il a l’air en tout point exceptionnel, matant les tablettes et ordinateurs LCD, la nuit en particulier avec ses noirs absolus. Tout le monde ne va pas aimer cet écran cependant. Le fait qu’il apparaisse beaucoup plus vif que la concurrence n’est pas forcément un point positif. Windows 10 offre un calibrage pour adapter légèrement l’écran mais ça n’est pas le genre de mode qui atténue les couleurs comme sur les smartphones Samsung.

Pas de demi mesure ici. J’ai l’impression que Samsung voulait faire de cette hybride une tablette à la fois pour le futur et le présent.

Êtes-vous bien connecté ?

Ce qui nous mène à parler de l’absence presque totale de connectiques : les accessoires, c’est « so 2013 » apparemment. Excepté une prise jack, il y a juste un port USB-C.

Il est utilisé pour recharger la batterie et brancher à peu près tout ce dont vous pourriez avoir besoin, même si vous vous en servirez surtout pour recharger. À côté des ordinateurs portables de base et même des tablettes Windows 10 équipées de véritables connecteurs, la Samsung Galaxy ProTab S fait figure de système totalement hermétique. Ce qui peut potentiellement devenir un inconvénient.

Tout ce que je veux c’est brancher une souris bon dieu !

Je vous l’accorde, je n’ai eu besoin de brancher une souris que deux fois pendant mon temps passé avec la Samsung Galaxy TabPro S. J’essaie de dire que cette tablette est assez grosse pour être perçue comme un ordinateur que vous pouvez emmener partout. Les accessoires atténuent un peu ce sentiment.

La clé c'est le clavier

Regardons de plus près comment le mécanisme de la Galaxy TabPro S fonctionne. Il n’y a aucun clip pour garder la base attachée à l’écran et le clavier n’est pas sans fil. Certains d’entre vous pourraient le souhaiter mais pour en avoir testé pas mal, je peux vous dire que les claviers « filaires » fonctionnent mieux. Pas de seconde batterie impliquée ou de pause quand le clavier se connecte au système.

Une série de petits points métalliques au niveau de la tranche inférieure de la Samsung Galaxy TabPro S s’assemble avec un dispositif correspondant sur la base. Le design est très propre, le léger inconvénient étant le manque de choix quant à la manière d'orienter l'écran.

Il peut convenir à la plupart mais n’offre pas autant de possibilités que la Microsoft Surface.

Le clavier ne conviendra pas à tout le monde non plus. J’utilise la Galaxy TabPro S à côté de l’iPad Pro 9.7 avec son clavier additionnel et celui-ci est bien mieux si vous cherchez une tablette convertible sur laquelle vous pourrez taper des heures sans attraper une tendinite au poignet.

Il n’est pas trop étroit et les touches sont presque identiques à celles d’un ordinateur normal. Elles cliquent. Par contre l’action est moins profonde que le clavier de la Surface, qui fait son maximum pour reproduire cette sensation de mouvement vers le bas et le haut des touches quand vous les pressez.

Je pense que c’est la taille qui importe ici. Le temps de réaction de la Samsung Galaxy TabPro S n’est peut être pas la chose rêvée, mais l’avantage est que vous pouvez taper ces milliers de mots sans avoir l’impression d’appuyer sur un jouet.

Windows, le grand gagnant ?

Le plus impressionnant est la manière dont ces touches sont encastrées dans une planche épaisse d’à peine quelques millimètres. Ce n’est pas une première pour autant. Il n’y a pas de connexion supplémentaire à part le NFC ni de batterie dans le clavier mais c’est une part vitale dans l'attractivité de la Samsung Galaxy TabPro S. 

Il y a un pavé tactile également qui complète totalement l’expérience Windows 10. Certains préfèrent utiliser leur tablette Windows seule, mais je les trouve personnellement un petit peu délicates à utiliser par rapport aux Android et iOS. Windows 10 a une interface tablette différente vers laquelle la Galaxy TabPro S bascule automatiquement quand le clavier est retiré. Mais vous devinerez rapidement que ce système n’est pas conçu pour l’utilisation tactile.

C’est un réarrangement de l’interface standard Windows 10, une excuse sur combien l’UI standard n’est pas adaptée au tactile.

Voilà pourquoi je pense que la Galaxy TabPro S travaille mieux, disons, 60 pour cent en tant qu'outil de travail, 40 pour cent comme objet de divertissement. J’ai tendance à l’utiliser à 98 pour cent comme source de divertissement. A vous de savoir de quel côté vous vous trouvez.

Intel dans le coeur

Ça n’est que depuis très récemment que les appareils comme la Galaxy TabPro S trouvent leur utilité, lorsqu’il y a quelques années, il était impossible de faire entrer suffisamment de puissance dans un objet aussi fin. C’est à Intel que revient tout le crédit. Car ce sont eux derrière les minuscules circuits utilisés ici et dans les ordinateurs comme le MacBook 12“.

La Galaxy TabPro S a un processeur Intel Core M3 avec 4Go de RAM. Incomparable de près ou de loin avec ce que vous obtenez dans un véritable ordinateur portable pour le même prix. Mais il fait le job la plupart du temps.

Les processeurs Intel M sont des petites voitures de course : leur vitesse ne va pas vous couper le souffle mais ils sont assez agiles pour passer de 0 à 100 en un éclair. Il score « seulement » à 4969 sur Geekbench 3 mais son efficacité n’est pas à prouver. 

Les Core M n’ont jamais tendance à ralentir comme peuvent le faire les Atom lorsque vous utilisez votre tablette au quotidien par exemple pour ouvrir 15 onglets de vidéos de PewdiePie tout en regardant Nextflix et en travaillant sur Google Sheet. Bref du multitasking de base quoi.

Pour tester ses limites, j’ai essayé de jouer à The Elder Scrolls : Skyrim sur la Samsung Galaxy TabPro S. A un ration d’aspect 1080p, vous devez vous contenter des réglages graphiques faibles, et même là le framerate plonge lorsque plusieurs ennemis apparaissent à l’écran et commencent à se ruer vers vous. Mais ça marche. Suffisamment pour pouvoir en profiter lors d’un long trajet en train ou en avion.

Vous pouvez jouer à de vieux jeux mais même un standard Core i5 sans cartes graphiques séparées donnerait de meilleures performances. Celui là est réservé pour assouvir les envies pressantes de jouer. A mois que vous soyez à la maison où Windows 10 vous permet de streamer vos jeux depuis une PS4 ou une Xbox One. Ceci dit, il fait le job pour 95 pour cent du reste des tâches que je fais quotidiennement sur mon MacBook Pro.

Sauf éditer des photos, ce qui deviendrait difficile sans slot pour carte mémoire, et les 4 Go de Ram causeraient un goulot d’étranglement dès que vous commencez à retoucher de lourdes images. Rien que la possibilité de faire tourner Photoshop lui donne un avantage sur l’iPad Pro.

TabPro vs iPad Pro

Il n’égale pas les dernières tablettes d’Apple dans les caractéristiques secondaires comme l’appareil photo et les haut parleurs. Celles de la Galaxy TabPro S ne sont pas mieux que bien.

Son appareil photo principal compte 5 MP ce qui est vraiment faible par rapport aux standards d’aujourd’hui. Une plus faible résolution signifie aussi qu’il gère des condition de lumière délicate correctement, mais à côté de l’iPad Pro 9.7, c’est plutôt pauvre. L’appareil photo est peut être la dernière chose que je veuille utiliser sur une tablette 12“ de toute manière. Je préfèrerais prendre tous mes clichés avec un selfie stick.

Les haut parleurs de la Samsung Galaxy TabPro S sont décents, suffisamment puissants pour vous laisser écouter votre musique pendant que le beurre crépite dans la poêle, mais le son n’a rien de particulier. Ceux des iPad Pros ont un son plus lourd et globalement meilleur, plus à la hauteur des standards sonores sur tablette en tout cas.

La Samsung récupère un peu de crédit grâce à son autonomie. Utiliser une puce basse puissance Cortex M3 s’avère payant, permettant à la Galaxy TabPro S de faire tourner 11 heures de vidéo entre les charges. Et je parle de vidéos MP4 en 720p. Ce petit maigrichon dure au moins deux heures de plus que la Surface 4.

La puissance brute a été légèrement sacrifiée, mais pas l’endurance. La Samsung Galaxy TabPro utilise une batterie de 5200 mAh, adaptée pour la recharge rapide. Vous pouvez donc charger totalement l’énergie en à peu près deux heures et demi contre probablement deux semaines et demi avec un chargeur de téléphone.

Samsung Galaxy TabPro S : verdict

La Samsung Galaxy TabPro S est un cas classique de : c’est super, mais c’est pour tout le monde. Dans la colonne des avantages, c’est une petite merveille. Elle est plus fine, son écran plus punchy et vif que la plupart des ordinateurs au prix trois fois supérieur et fait un peu passer l’iPad Pro pour un jouet d’Early Learning Center si ce dont vous avez besoin est de puissance pour une bonne journée de travail.

Est-ce une chose que je vais recommander pour quiconque souhaite dépenser 1000 € sans se soucier ? Pas exactement.

Ses dimensions et sa grande autonomie en font un bon partenaire pour les longs et ennuyeux voyages. Mais aujourd’hui, vous pouvez dépenser 200 € de moins pour quelque chose comme la Asus UX305 ; un « vrai » ordinateur portable avec un peu plus de puissance. Sans oublier les connectiques. Si la Samsung Galaxy TabPro S est un tout en un, elle est un peu en avance sur son temps.

Tech Specs 
Écran
12“ 2160 x 1440 écran Super AMOLED
Processeur
Intel Core M3 CPU
RAM
4 Go DDR4
Stockage
128 Go SSD
Système d'exploitation
Windows 10
Extras
Connecteur USB-C, NFC
L’avis de Stuff 

Samsung Galaxy TabPro S - test

Un design sans compromis. Malgré un léger déficit de puissance c'est un aperçu alléchant de l'ordinateur de demain.
€ 999
Points forts 
Écran AMOLED super punchy
Bonne autonomie
Clavier proche d'un "vrai" ordinateur
La flexibilité de Windows 10
Points faibles 
Cher pour ce genre de performances
Le clavier manque de profondeur
Les connectivités limitées ne sont pas pratiques