Le réplicateur de Star Trek est devenu réalité

Beaucoup de choses se disent et s’écrivent à propos de l’impression 3D, sans que le commun des mortels en profite réellement. Mais maintenant que la caméra Lynx A a fait ses débuts sur Kickstarter, la situation pourrait bien s’en trouver chamboulée. Pour le plus grand plaisir des avocats, qui vont pouvoir se spécialiser dans le juteux marché du procès pour contrefaçon.

Avec le Lynx A, une caméra qui ressemble, de loin, à une tablette 14’’, on peut filmer n’importe quel objet et l’uploader vers son imprimante 3D pour le reproduire. C’est une excellente nouvelle pour tous ceux qui veulent imprimer des objets mais n’ont pas la moindre idée de la manière dont s’utilise un logiciel de CAD ; c’est une moins bonne nouvelle pour toutes les sociétés qui n’ont pas envie de voir leurs productions pillées.

Au-delà de l’impression, le procédé rend la modélisation d’une pièce (au sens « pièce d’une habitation » bête comme chou. Même un agent immobilier devrait y parvenir (oh, bon, ça va, on plaisante). Une option motion-capture est même capable d’enregistrer les mouvements d’une personne, pour l’utiliser ensuite comme personnage virtuel (pour un jeu vidéo, par exemple). Cela pourrait être très intéressant dans le monde du jeu Open Source.

Evidemment, le prix n’est pas anecdotique, mais rien de monstrueux non plus : 1800$, plutôt moins cher qu’un Macbook moyennement spécifié. Pour un outil de travail, pas de quoi s’angoisser !

Cette caméra-tablette est capable de dupliquer - avec l'aide d'une imprimante 3D - à peu près n'importe quel objet. La porte ouverte à la contrefaçon sauvage.