On aime tous les comeback. Que ça soit l’histoire de Leicester City ou Star Wars après George Lucas, il y a quelque chose d’indéniable dans la victoire face à l’adversité.

Appliquez cette théorie à HTC et au premier coup d’œil, ça n’a pas l’air très enthousiasmant. Pour commencer, c’est d’une entreprise pesant des milliards de dollars dont nous parlons. Plus important, le fabriquant de smartphone conçoit ses produits de A à Z. Le One M9 l’année dernière restait en retrait des meilleurs smartphones à cause d’un appareil photo inférieur aux standards du marché. Son cousin, le One A9, était une tentative cynique de singer le design de l’iPhone 6.

A ce moment là, dans tout blockbuster qui se respecte, le héros fait son apparition pour tout arranger. Alors le voilà : HTC 10. Loin d’être drapé en lycra, bombant le torse avec un large sourire ultra blanc, cet appareil est aussi modeste que ce que l’on peut attendre de quelque chose dont le prix fixé est de presque 750 €.

Voyez-vous, le HTC est un smartphone sans innovation centrale, ou truc, ça dépend du point de vue. De ce fait, pas de waterproof, de mode « always on », de caméra grand angle, de technologie comme le 3D Touch, ni d’accessoire modulaire. A côté des astuces proposées par le Samsung Galaxy S7, le LG G5 ou l’iPhone 6s, ce compétiteur n’offre aucun équivalent.

Néanmoins, il reste un très bon smartphone. Combinant un design bien pensé et des performances de haut niveau, le HTC 10 vous montre vos possibilités lorsque vous vous concentrez sur les fondamentaux jusqu’à les faire briller. On vous parlait de comeback...

Champion poids lourd

Pour commencer dans les points positifs : le design. Mélangeant la seule fonctionnalité louable du One M9 – le scanner rapide d’empreinte – avec une enveloppe en aluminium que HTC à l’habitude de proposer depuis le HTC One, ce téléphone est vraiment agréable à tenir en main. Pesant 161 g pour une épaisseur de 9 mm, il est un peu plus trapu que la plupart de ses compères. Mais ce léger poids supplémentaire joue en sa faveur.

Les bords chanfreinés du HTC 10 glissent naturellement entre vos doigts, facilitant votre prise sur le téléphone, quand sa lourdeur à coté d’un appareil comme l’iPhone 6s permet de s'assurer qu’il ne vous échappera pas à la moindre bourrasque de vent. Peu de fabriquants sont parvenus à créer un téléphone gros et désirable. Le HTC 10 fait ainsi figure d’alternative aux designs super fins d’Apple, Huawei et autres.

Pour ce qui est du scanner d’empreinte, il est très fluide. Apposez votre doigt et vous déverrouillerez l’écran 10“ en un rien de temps. Au contraire du Touch ID d’Apple ou de la majorité des technologies d’empreinte, vous n’avez pas besoin de presser un quelconque bouton pour activer votre téléphone.

HTC a concentré ses efforts derrière l’écran tactile du 10 pour une utilité maximale et ça fonctionne d’entrée de jeu. Voilà le genre de téléphone auquel nous avons affaire. Un téléphone qui gagne presque face à tous les autres.

Deux jours d'endurance

Pour commencer, son autonomie est monstrueuse. Certainement aussi bonne que ce qu’offre le Samsung Galaxy S7 Edge et sa batterie 3600 mAh. Sachant que celle du HTC 10 est considérablement plus petite, à 3000 mAh, c’est une sacrée réussite.

Alors, quel est son véritable coffre ? D’après mon expérience, jusqu’à deux jours. La vérité. Je me suis levé dans le coaltar un matin à 11 h avec une batterie totalement chargée et j’ai réussi à tenir jusqu’à minuit le lendemain sans avoir à le brancher. S'il y a un téléphone qui peut supporter vos consommations d’alcool improvisées, c’est bien celui-là.

Laissez-moi ajouter quelques éléments à mon histoire à la fois dans un souci d’équité et pour éviter que je me fasse sermonner par Samsung. Le premier jour d’utilisation du HTC 10 était plutôt léger. Je parle de WhatsApp, emails, et un peu de Youtube. Le second fut beaucoup plus intense, incluant beaucoup de photos. Cela signifie que les utilisateurs chevronnés bénéficieront d’une autonomie d’une journée et un peu plus, disons jusqu’à l’heure du déjeuner.

Malgré tout, l’autonomie de deux jours est un argument employé par HTC pour sont 10, cela s’est vérifié pour ma part. Pour être honnête, ça n’a pas été difficile de les atteindre. D’autant que le mode Extreme Saver permet de faire passer au second plan des applications principales comme Téléphone et Messagerie.

Apparemment, cette autonomie a été obtenue en bidouillant quelques applications comme Google Maps mais tout ce que vous devez savoir c’est que ça marche. L’autonomie d’un smartphone n’est toujours pas celle d’un vieux Nokia mais le HTC 10 et le Galaxy S7 vous assurent une journée complète d’autonomie sans fouiller votre sac à la recherche d’un câble de recharge. Et lorsqu’elle vous fait défaut, la recharge rapide par USB-C vous ramènera à 50 % en 30 minutes.

Un Sense judicieux

S’il y a un mot qui qualifie le HTC 10, c’est fiabilité. Les téléphones Android ont connu des débuts compliqués avant de devenir incontournables. Et l’interface utilisateur Sense du HTC 10 en est le parfait exemple. Bien que ça n’était jamais aussi autoritaire que la configuration de TouchWiz, il y avait quand même plus d’applications préinstallées sur les anciens One que vous n’en voudriez jamais. N’y voit rien de personnel Zoe.

Tout est changé avec le HTC 10, qui a été largement allégé, comme on pourrait s’attendre avec un téléphone Android Marshmallow. Il abandonne même une grande quantité d’applications HTC au profit des alternatives Google, fini donc les doubles applications pour les messages, les contacts et les albums photos. La superbe Google Photo est en fait l'application gallerie par défaut du HTC 10, ce qui a nécessité la collaboration les deux entreprises.

Etonnament, tout cela n’a aucune conséquence sur l’espace de stockage. Des 32 Go de stockage de base, 8,60 Go sont déjà occupés quand vous allumez le smartphone, vous laissant 23,40 Go de liberté à remplir de la manière que vous souhaitez. C’est presque pareil que les 23,12 Go du LG G5 quand le Samsung Galaxy S7 offre encore plus avec 24,55 Go.

Comme pour ces deux téléphones, vous pouvez ajouter une carte micro-SD de 2 To ce qui peut s’avérer utile si vous comptez faire des folies sur BitTorrent. Bien que nous pourrions condamner ce genre de comportement diffamatoire.

Une UI libérée

Voilà pour les performances techniques du HTC Android. Et il est tout aussi capable en termes de praticité. C’est le premier appareil Android que j’ai utilisé cette année pour lequel je ne me suis pas senti obligé de télécharger l’interface Google Now pour une expérience plus Nexus-like. Pour faire simple, Sense déborde de compétences.

Les applications sont soigneusement présentées sur l’écran d’accueil sans une quantité de widgets inutiles qui prennent toute la place, quand tous ces téléchargements que vous n’utilisez que les soirs de pleine lune sont cachés dans des tiroirs à applications. Pas comme sur le LG G5.

Comme vous pourriez vous y attendre, le HTC 10 passe de Gmail à Citymapper comme un Shinkansen japonais, quand le multitasking est également facilité grâce aux touches programmables. Sense permet de les personnaliser dans ses réglages pour que vous puissiez basculer le rétro éclairage sur on ou off, ou presser la touche « applications récentes » pour passer le menu du téléphone.

HTC conserve quelques habitudes avec notamment Blinkfeed. L’application Flipboard-like d’agrégation de contenu est toujours aussi bienvenue et fait très bien le job pour collecter quelques tweets et nouvelles infos à une seule place. Même si l’intégration de Facebook manque, Blinkfeed est pas mal non plus dans le genre chronophage. 

Chauffe la gomme

Bien sur, la bonne conduite du HTC 10 est liée au Snapdragon 820 et aux 4 Go de RAM dont il est doté. Il s’agit de la même combinaison que celle que l’on retrouve dans le LG G5 et elle est presque aussi rapide ici. Lancez un jeu comme le somptueux Asphalt 8 et le HTC 10 filera dans les rues de Tokyo offrant un framerate stable sans le moindre ralentissement.

Ceci dit, cette pré-production du HTC 10 à pris 10 secondes de plus pour lancer la course que la version commerciale du LG G5. Ça n’est pas un gros problème surtout si vous utilisez votre téléphone majoritairement pour naviguer entre les applications de messagerie telles que Slack ou WhatsApp. Les amateurs de jeux mobiles vont préférer attendre la version commerciale du HTC 10 pour voir si elle comble le manque de vitesse.

Nous avons une bonne raison de penser que ça sera le cas, sachant que les deux téléphones ont le même classement au royaume éternel des stats Geekbench 3. Le HTC 10 score à un excellent 5217 multi-core quand le LG G5 fait à peine mieux à 5218. Sachant que les deux exploitent le même processeur, ça n’est pas surprenant. Il partagent même cette tendance à répandre une petite dose de chaleur sous vos doigts en brûlant le bitume sur Asphalt 8. Pas au point de rendre le téléphone inconfortable à tenir, mais vous remarquerez la sensation.

Un appareil photo enfin au niveau

Si l’appareil photo du One M9 semblait impressionnant avec ses 20 MP, il faisait finalement largement moins bien que la concurrence. Un changement était nécessaire. La caméra du One M9 a donc été rétrogradée pour passer à 12 MP avec une ouverture f/1.8, stabilisateur d’image pour éviter les flous, et un focus laser ultra rapide. Ces mégapixels exploitent aussi la technologie HTC UltraPixel. Ils sont donc plus gros et permettent ainsi de capter plus de lumière et de détails surtout dans des conditions sombres. Prometteur n’est-ce pas ? Et le résultat est définitivement meilleur que celui du One M9.

J’ai obtenu un cliché resplendissant pendant l’annihilation de Newcastle par Southampton, des joueurs au terrain en passant pas le ciel bleu. De même, des photos en extérieur dans les rues étaient lumineuses, punchy, et pas troublées le moins du monde par la lumière du soleil.

Pour immortaliser un moment précis, l’appareil photo du HTC 10 ne sera pas gagnant à tous les coups. Les gros plans sont bien détaillés mais parfois trop lumineux et saturés. Un pot de fleur donnait l’impression d’avoir été photographié dans une usine Haribo. Pour éviter cela, vous devrez vous familiariser avec le mode Pro pour bidouiller les ISO, la balance des blancs, l’ouverture et bien d’autres réglages.

Tâtonne dans l'obscurité

Bien sur c’est dans des conditions sombres qu’un appareil photo gagne ses galons et les résultats sont mitigés avec le 10. Les gros plans dans un pub lugubre sont excellents avec des grains de peau chauds, rien à voir avec l’aspect brillant que peuvent parfois donner le S7 et le LG G5.

Confronté à une grande quantité de lumière intérieure, le HTC se met dans tous ses états. La balance des blancs de nos clichés était partout. Ailleurs, confronté à une rangée de bulles lumineuses accrochées au plafond, les photos prenaient une teinte douce. Ceci dit, toutes ces photos ont été prises avant que je recoive une mise à jour logiciel de HTC. D’autres tests seront effectués dans les jours à venir pour vous si cela impacte les photos du HTC 10 dans une ambiance sombre.

Donc si l’appareil photo principal n’égale pas celui du Samsung Galaxy S7, il est capable de produire de belles images et nous nous attendons à voir plus de consistance avant que vous puissiez vous rendre en magasin dans le courant du mois de mai pour vous offrir le vôtre.

Si HTC a pioché une carte « vous êtes libéré de prison » c’est bien grâce à son appareil frontal. Grâce à l’inclusion du stabilisateur d’image sur les 5 MP, les obsédés de Snapchat adoreront le HTC 10. Ce téléphone a capturé parmi mes meilleurs duck faces.

Combiné avec l’application facile à utiliser de l’appareil, le HTC à suffisamment d’argument pour rafler la victoire. Bien qu’il n’égale pas le Galaxy S7 ni l’iPhone 6s Plus.

Un écran standard

En termes d’affichage, le HTC 10 est dans la lignée de ses concurrents. En fait nous n’avons pas mentionné son écran 5,2“ avant car il n’y a pas grand chose à dire dessus. Il a une résolution de 1440 x 2560 comme tous les appareils Android cette année. Avec une technologie LCD, comme les autres sauf le Galaxy S7. Et il est super ; enfin vous voyez où on veut en venir.

Pour donner plus de détails, l’écran du HTC 10 est bien équilibré en couleur et en luminosité sans virer à la saturation. Si vous voulez un peu plus de peps sur vos images et vos vidéos, Sense vous propose de régler avec précision le profil de couleurs entre les modes « Vivid » et « sRGB » avec une graduation pour la température. Les fans de fidélité d’écran apprécieront que ni le Samsung S7 ni le LG G5 n’offre ce niveau de personnalisation.

Ceux qui s’en tienne au mode « Vif » par défaut s’en sortiront tout aussi bien. Le trailer de Star Wars : Rogue One sautait aux yeux avec ses noirs intergalactiques, quand des séquences de Ratchet & Clank étaient d’un rayonnement approprié. Comme nous l’avons mentionné au début, le HTC 10 ne dispose pas d’un mode always on mais c’est préférable sur un écran LCD. Les notifications sont trop sombres pour être lues. Vous aurez besoin d’un écran OLED comme celui du Galaxy S7 pour rendre justice à cette technologie.

Attrapé par la patrouille ?

Le HTC 10 est-il donc à la hauteur ? Si l’autonomie est un critère déterminant pour vous, vous pardonnerez le fabriquant de ne pas faire un appareil un peu plus sexy. Il y a une raison pour laquelle Apple privilégie un design ultra fin et effilé plutôt que l’endurance à ses iPhone. Cela ajoute un facteur « Wow ».

C’est pourquoi HTC pousse encore une fois la qualité sonore de son produit phare. Même si le 10 n’embarque plus ses deux haut parleurs avant. Désormais, ce sont à la fois l’écouteur du téléphone et la partie inférieure qui cracheront vos chansons favorites avec des drivers séparés pour les portées basses et moyennes. Le HTC 10 bénéficie aussi d’un logiciel qui permet d’ajuster le son à votre ouïe et d’une paire d’écouteurs haute résolution.

Commençons donc par les écouteurs, et pour être net nous ne serons pas longs. Écouter une chanson, c’est comme écouter un groupe qui performe en direct d’une boite de flageolets. Certaines sont plus tolérables mais ces écouteurs penchent beaucoup trop vers les résonances de basses pour être agréables. Pour un accessoire gratuit ça va mais une paire de SoudMagic E10S à 40 € est bien plus agréable.

En ce qui concerne la performance des haut parleurs, on ne peut en nier les prouesses. Ils donnent une chaleur incroyable et cruciale au morceau “Father Stretch My Hands“ de Kanye West.

Même si le HTC 10 détient les meilleures performances sonores pour ses haut parleurs, cela revient à décrocher le titre de champion d’éleveur de puces. A moins que vous soyez du genre à écouter à plein volume votre musique dans le bus. Néanmoins, voir HTC se soucier autant des petits détails a quelque chose de réconfortant. Voilà ce qui fait de lui un smartphone raffiné.

HTC 10 : verdict

Si vous cherchez un smartphone pour l’avenir, n’achetez pas le HTC 10. Si vous cherchez un smartphone actuel, il y a quelques meilleures alternatives.

Oui, ce modèle n’est pas une boite à astuces. A la place, il excelle dans les fondamentaux, avec un écran crystallin, un processeur ultra puissant, un Android impeccable et un design robuste. Cette chose pourrait être le cauchemard des marketeurs, mais c’est important quand vous êtes bloqué avec un smartphone pour deux ans ou plus. Surtout que l’appareil photo du HTC 10 est enfin au niveau.

Retournons au chapitre innovations. Vous échangeriez l’autonomie de deux jours pour le 3D Touch ? Bien sur que non. Et le waterproof ? Non. Peut être une caméra grand-angle ? Toujours non.

Et ça, mes amis est la raison pour laquelle le HTC 10 est l’histoire d’un come back avec un happy ending.

Tech Specs 
Dimensions
145.9 x 71.9 x 9.0 mm
Poids
161g
Taille d'écran & résolution
5.2" LCD, 1440 x 2560
Processeur
Qualcomm Snapdragon 820
RAM
4 Go
Stockage
32 Go (avec slot micro-SD 2 To)
Appareil photo principal
12 MP, f/1.8
Appareil photo frontal
5 MP, f/1.8
Extras
Scanner d'empreinte, USB-C
L’avis de Stuff 

HTC 10 - test

HTC signe un retour remarqué. Le HTC 10 est un appareil pour les puristes du smartphone Android.
€ 749
Points forts 
Autonomie
Design aluminium luxuriant
Points faibles 
Les photos en basse luminosité
Pas de réelles innovations