Les tablettes hybrides sont les gadgets du moment.

Depuis la première Asus Transformer, beaucoup de marques ont tenté de fabriquer des tablettes utilisables en milieu professionnel. Si la Microsoft Surface a lancé le mouvement, Apple a suivi avec l’iPad Pro, et maintenant Google s’y met avec la Pixel C, une tablette 10“ avec clavier.

Mais que veut dire le C : capable ou coupable ? Commode ou condamnable ? Peut-être qu’il veut simplement dire "computer". Bref. Passons au test !

DESIGN : COMPACTE

Le design est très sympa. La Pixel C est en fait un petit Chromebook Pixel, mais avec un clavier amovible.

Elle est très légère et fine, à tel point qu’on pourrait facielement la perdre au milieu d'une étagère de livre. Les deux parties sont tenues ensemble par des aimants, et pour la mettre en mode ordinateur, vous devez séparer la tablette de son clavier, retourner la tablette et laisser les aimants prendre leur place. Vous pouvez ensuite la faire pivoter pour faire tenir l'écran droit.

La charnière est assez ferme et l’aimant à l’arrière est solide malgré sa petite taille. La tablette tient confortablement sur les genoux pour taper, et prend correctement place sur la tablette d’un siège d’avion, endroit sur lequel une Surface ou un ordinateur portable ne rentreraient pas.

Un clavier étonnant

L’élément le plus important pour un objet comme celui là est le clavier. Et celui de la Pixel C est étonnamment bon. "Étonnamment" parce qu’il semble extrêmement petit, mais finalement la zone pour taper est de taille normale – toutes les touches sont présentes – et le clavier est plutôt ergonomique. Comme une version plus petite du superbe clavier de son grand frère, le Chromebook Pixel

C’est beaucoup plus rapide et facile de taper sur celui-ci par rapport aux tablettes Transformer ou à la Surface Pro 4. Quelques choix ont été faits en termes de design : le raccourci classique Alt – Tab fait exactement ce que vous attendez qu’il fasse. Une touche à coté de la barre espace permet d’afficher des symboles (comme sur le clavier d’un téléphone), ce qui s’avère vraiment utile. Au contraire, taper sur la touche Alt sur Google Docs affiche un menu de stupides emojis.

D’autres réglages sympas pour Google Doc ont été spécialement conçus pour la Pixel, comme la possibilité de glisser facilement des images et des références dans vos documents.

Vos mains sont très proches de l’écran, beaucoup plus proches qu’avec la Surface. Ce qui est très appréciable et intuitif notamment pour la transition entre le clavier et l’écran tactile. L’écran tactile du Chromebook Pixel n’est pas très utile puisque vous avez un pad, mais ici vous allez beaucoup l’utiliser.

La connexion sur le clavier est sans fil (via Bluetooth) mais elle ne souffre d’aucun lag et ne vous demande jamais d’appairer l’appareil. Le clavier se recharge également sans fil grâce à la tablette que vous n'aurez qu'à brancher à un chargeur USB pour que tout se recharge.

ÉCRAN : SUPER NET

La résolution 2560 x 1800 de l’écran est plus nette et vive que celle de l’iPad Air 2, entassant 300ppp (le MacBook Pro Retina en compte 227).

C’est un très très bel écran qui rappelle les composants hauts de gamme que vous trouvez sur le ChromeBook Pixel. Vous serez horrifié quand vous supprimerez un email et laisserez une trace de chocolat en plein milieu de l'écran.

Son écran IPS n'a probablement pas les noirs les plus profonds ni les meilleurs contrastes (il vous faudrait un écran AMOLED comme sur la Samsung Galaxy Tab S3 pour cela), mais les couleurs sont naturelles et il est assez lumineux.

On profite également au maximum de ses capacités grâce à certains composants Android assez puissants. La Pixel C partage le même matériel que la Nvidia Shield Console, avec une puce Tegra X1 et 3 Go de RAM.

Résultat : Goat Simulator charge en quelques secondes et tourne sans le moindre lag. Les applis s'ouvrent rapidement, le multi-tasking est très fluide, les superbes effets de Hearthstone ne semblaient pas souffrir d'un quelconque manque d'image par seconde.

Même un an après sa sortie, la Pixel C n'aura aucun mal à gérer n'importe quelle appli du Google Play Store.

LOGICIEL : MADE BY ANDROID

Avoir Android comme OS est un avantage majeur pour la Pixel C par rapport aux Chromebooks. Il y a quelques raisons d’apprécier ChromeOS, en l’occurrence pour sa rapidité et sa simplicité, mais le choix d’applications proposé par Android est bien meilleur.

Vous pouvez utiliser d’autres navigateurs comme Firefox ou Ghostery, et des applis comme Spotify ou Netflix vous permettent de télécharger de la musique ou des films sur votre appareil pour que vous puissiez tout regarder hors-ligne. En fait vous pouvez utiliser tout ce que ChromeOS a à vous offrir sur Android, incluant des milliers de jeux et de puissants éditeurs de photo comme Lightroom d’Adobe.

Même maintenant que de nombreux Chromebooks ont accès à l'App Store, le Pixel C garde l'avantage.

On apprécie également le fait que les mises à jour Android soient toujours disponibles. Google avait mis à disposition Android 7.0 Nougat sur la Pixel C en 2016, donnant accès à des fonctionnalités très utiles comme le multifenêtres, on pouvait alors travailler sur 2 applis à la fois. Les dernières mises à jour ont même ajouté le nouveau launcher de Google que l'on pouvait retrouver sur les smartphones Pixel de la marque, qui vous permettait d'accéder aux applis d'un simple swipe.

Désormais en appuyant sur la touche des applis Récentes, on peut voir un apperçu des toutes les applis ouvertes. Le widget Google Pill vous permet d'accéder directement à une fenêtre de recherche depuis l'écran d'accueil, et toutes les icônes ont été changées, arborant un design arrondi. Ce sont des changements visuels mineurs, mais c'est la preuve que Google n'oublie pas ses tablettes.

BATTERIE : RECHARGE PAR USB-C

D’après nos tests, la Pixel perdait en moyenne 10% de batterie par heure, ce qui correspond à l’iPad Air et l’iPad Pro avec 10 heures d’autonomie pour regarder des films ou surfer sur le net.

Vous pourrez aisément travailler toute une (longue) journée sans avoir à la charger. Et si c’est le cas, le chargeur est de la taille de celui d’un téléphone, mais vous pouvez aussi utiliser l’USB-C de n'importe quel chargeur.

Si vous utilisez le chargeur, la Pixel C vous fera remarquer avec suffisance qu’elle se recharge « rapidement ». Avec une batterie de cette taille ce n’est pas aussi véloce qu’avec OnePlus 3T, mais ça reste suffisamment rapide.

Autre astuce design utile de la Pixel C : vous pouvez la taper quand elle est fermée et une petite lumière vous indiquera le niveau de la batterie.

APPAREIL PHOTO : BIEN ÉQUIPÉE

A l’arrière de la tablette se trouve un appareil photo de 8 MP. Si la Pixel C était un téléphone, on ne serait vraiment pas impressionné par la qualité des photos : les clichés ont beaucoup de bruit, même avec suffisament de lumière, et comme elle ne possède pas de mode HDR, les photos ont tendance à surexposer les zones très lumineuses.

L'appli appareil photo de Google est vraiment très simple : il n'y a quasiment pas de réglages manuels. Si déjà le fait d'avoir l'air idiot en prenant des photos avec une tablette n'était pas suffisant, la performance de la Pixel suffira à vous dégouter.

Mais l’important est l'appareil frontal de 2 MP qui fonctionne très bien avec Hangouts et Skype. Comme on pourrait s'attendre d’un appareil Google, Hangouts est très bien adapté.

CARACTÉRISTIQUES : QUELQUES PETITS DÉFAUTS

La Pixel C est très bien, mais si vous appréciez l'utilisation d'un stylet, vous devriez plutôt regarder du côté de la Surface ou de l’iPad Pro et leurs stylets magiques.

Les haut-parleurs ne sont pas non plus géniaux (même s'ils sont mieux que ceux de la plupart des smartphones), il sont positionnés à chaque extrémité afin de fournir un effet stéréo, mais le son est plus rauque que celui du dernier iPad Air. Ils sont cependant suffisamment efficaces pour pour regarder un épisode de House of Cards pendant une session de repassage.

VERDICT

À 670 € avec le clavier, la Pixel C est au moins 200 € moins chère que l’iPad Pro 9,7“ ou la Surface Pro 4 équipées de leur clavier. Seule la Surface 3 peut rivaliser sur le prix.

Ceci dit, les machines qui pourraient s’inspirer de cette petite bête de performance ne sont pas forcément des tablettes convertibles mais des Chromebooks. Il se vend aujourd’hui plus d’ordinateurs portables Windows, mais les Chromebooks gagnent en popularité parce qu’ils sont simples et abordables.

Très franchement, la Pixel C a vu très peu de fans d'Android échanger leur oridnateurs portables pour les tablettes, mais c'est tout de même un très bel hybride qui continue de fournir les mises à jour logiciel, pour le plus grand bonheur de ses utilisateurs.

L’avis de Stuff 

Google Pixel C - test

Un an après la Pixel C continue de faire ses preuves. Android Nougat en fait un excellent compagnion pour travailler, et elle n'aura aucun problème à gérer la plupart des jeux exigents. 
€ 499
Points forts 
Bel écran 2K
Très bon clavier
10 heures d'autonomie
Points faibles 
Les haut parleurs ne sont pas géniaux
Pas de stylet