Samsung Galaxy S4

Avec 50 millions de Galaxy S3 écoulés en un an, on pensait que Samsung avait un chemin tout tracé : pondre un nouveau modèle, meilleur et plus gros, en vendre des caisses, puis siroter une vodka Martini jusqu’à 2014 en comptant les billets.

A première vue, c’est un peu ce qui a l’air de s’être passé. Le S4 ressemble furieusement au S3 (jusqu’à ce qu’on l’ait en main, en tous les cas), laissant sur leur faim une horde de fans qui comptaient bien sur une fabrication « premium » à l’image de l’Xperia Z, du HTC One et de l’iPhone 5.

Mais il ne faut pas se fier aux apparences : en plus de satisfaire à toutes les exigences estampillées 2013 (caméra 13 MP, processeur quadri-cœur Snapdragon, écran Full-HD), le S4 embarque de nombreuses technologies inédites et même insoupçonnées.

Avant même sa sortie, le S4 avait un concurrent tout désigné : le HTC One. Aujourd’hui, il est temps de vérifier si la débauche technologique de Samsung s’est révélée payante. En un mot comme en cent : est-ce le meilleur smartphone du moment ?

Samsung Galaxy S4 – design

Au premier regard, on grince des dents : le S4 ressemble tout de même furieusement au S3. Pourquoi cet entêtement de Samsung à vouloir en rester au plastique ? Mystère. Mais attention : le S4 n’est pas une copie carbone du S3 pour autant.

Les différences de dimension entre les deux unités sont pratiquement imperceptibles.  Le S4 réalise l’exploit d’être plus mince que son prédécesseur, tout en contenant une batterie plus importante. Quand on l’a en main, la sensation est assez familière, même si l’on préfère les courbes du S3 pour une utilisation d’une seule main. Samsung est parvenu à faire tenir un écran de cinq pouces dans un châssis de même taille, en réduisant considérablement la taille de la bordure.

Toutefois, on ne va pas vous mentir, le S4 reste un téléphone assez imposant. Il n’est pas toujours évident d’atteindre une icône en haut à gauche avec son pouce, contrairement à ce qui se passe avec un Sony Xperia Z - pour ne citer que lui.

Le S4 est léger et fin, c’est vrai, mais la finition est loin d’être parfaite, et dans l’ensemble, notre première impression est un peu décevante de ce point de vue.

La caméra à l’avant est incroyablement petite, de la même taille, en fait, que les trois capteurs qui l’accompagnent. Il y a un port infrarouge sur l’arête supérieure, à côté de la prise casque, tandis que les boutons de volume gardent  la position qu’ils occupaient sur le S3.

Le plastique à l’arrière n’est peut-être pas à la hauteur des technologies embarquées, mais il s’enlève facilement pour révéler une batterie amovible et un slot microSD capable d’accueillir des capacités jusqu’à 64 Go. C’est le seul téléphone de cette catégorie  être conçu de cette manière, et les amateurs de films en HD ne s’en plaindront pas.

Samsung Galaxy S4 – écran HD

Un écran plus grand, une résolution plus élevée, et un verre Gorilla 3, c’est le minimum syndical pour un smartphone haut de gamme en 2013. Toutefois, l’écran Super AMOLED du S4 pousse les choses un peu plus loin, avec des fonctionnalités comme Adapt Display qui ajuste automatiquement la saturation et la luminosité quand les conditions d’éclairage ambiantes sont modifiées.

C’est vrai, la densité de pixels n’atteint pas celle du HTC One (468ppi), mais la raison est simple : l’écran est tout simplement plus grand pour une résolution identique. Il est du reste assez exceptionnel, très proche du rendu « Retina » popularisé par Apple. La luminosité est suffisamment élevée pour pouvoir l’utiliser en plein soleil sans aucun problème.

Le passage au 1080p offre une qualité de rendu des textes nettement supérieure à celle du S3.  Nous recommandons vivement à tous les futurs acheteurs de bidouiller dans les réglages d’écran pour obtenir le rendu le plus naturel.

Le haut-parleur à l’arrière offre une qualité nettement supérieure à celle du smartphone moyen, mais pour une écoute longue et sérieuse, impossible d’échapper au casque. Celui fourni avec l’appareil n’est pas indécent, mais ce n’est pas le Pérou pour autant. La prestation sonore est au final de qualité, mais on préfère toutefois celle du HTC One.

Samsung Galaxy S4 – Interface

Samsung a mis les petits plats dans les grands avec sa nouvelle surcouche TouchWiz, plus riche que jamais de fonctionnalités, de widgets, d’applications et  de contrôles gestuels.

On est ravi de constater que c’est Android 4.2.2 à bord, mais pour être tout à fait franc, les différences avec la version précédente ne sautent pas immédiatement aux yeux.

Avec la montée en puissance des applications de santé, il n’est pas étonnant que Samsung propose sa propre suite. Les applications « podomètre » ne coûtent pas grand-chose sur Google Play, mais aucune, à notre connaissance, n’est aussi abouti que celle de la suite S Health.

Samsung Galaxy S4 – Contrôles gestuels

Venons-en maintenant à la pièce de résistance, le contrôle gestuel. Est-on à l’aube d’une véritable révolution, ou n’est-ce qu’un simple gadget ? Personne ne sera surpris d’apprendre que c’est un peu des deux.

Air Gestures, par exemple, vous permet de faire défiler une page sans avoir à toucher l’écran, juste en bougeant la main devant. C’est très pratique quand on a les mains pleines de farine à la cuisine, ou quand on  porte des gants, mais en pratique, cette fonctionnalité n’est disponible que dans une poignée d’applications. Pour frimer, en revanche, il faut reconnaître que c’est impeccable.

Air View utilise des gestes un peu moins ostensibles, et sera donc peut-être davantage utilisé. Un capteur suit les mouvements de vos doigts au-dessus des barres de défilement des vidéos, des e-mails et des galeries de photos, et vous offre un aperçu en vignetts du contenu. Cela marche convenablement à 2 ou 3 cm de distance. Si vous activez le retour de force (et votre imagination), vous aurez même un peu l’impression d’avoir des super pouvoirs.

Pour terminer, il y a Smart Screen,  la technologie qui suit le mouvement de vos yeux pour faire défiler une page, ou mettre en pause les vidéos quand vous ne regardez plus l’écran. En pratique, les résultats sont assez contrastés. Pour lire une page Web, par exemple, cela marche plutôt bien. Toutefois, la fonction de mises en pause et très capricieuse : évitez toute démonstration si vous êtes à côté d’une fenêtre, car il y a de fortes chances pour que vous échouiez lamentablement.

Toutes les fonctionnalités en question ne fonctionnent qu’au sein des applications Samsung, et leur portée est donc assez limitée. C’est une manière de contrôler son smartphone indéniablement plus geek, mais pas forcément plus rapide.

Samsung Galaxy S4 – puissance et autonomie

Samsung Galaxy S4 – verdict

La grande question est de savoir si ce nouveau Samsung, malgré ce luxe de fonctionnalités, est à la hauteur du HTC One. Et pour être honnête, nous continuons à préférer ce dernier, en partie pour la qualité de la finition, et aussi pour des petits détails comme le rendu des couleurs de son écran. Bien entendu, Samsung est supposé proposer des mises à jour de firmware dans les jours à venir, et nous reviendrons peut-être sur notre verdict. Dans l’intervalle, il devra se contenter de la deuxième place sur notre podium. Il n’en reste pas moins un smartphone extraordinaire, qui fera une fois encore figure de pionnier.

Le nouveau smartphone vedette de Samsung est-il le messie attendu ?

Selon abonnement

dimensions

136.6 x 69.8 x 7.9mm

poids

130g

Stockage

16/32/64GB + slot SD

Dimensions

136.6 x 69.8 x 7.9mm