PlayStation 4

Si l’on devait s’en fier à la  rumeur populaire, la PlayStation 4 de Sony a déjà gagné la guerre des consoles. Il faut dire que Microsoft est parti du mauvais pied, avec une politique tarifaire peu excitante, un système de DRM quasiment totalitaire, et plein d’autres petites choses qui rendaient en comparaison la PS4 bien plus attrayante.

Et puis, Microsoft a un peu regagné en crédibilité en revenant sur ses annonces ; toutefois, dans l’intervalle, une nouvelle rumeur tendait à dire que les jeux multiplateformes rendaient mieux sur la PS4  que sur la Xbox One.

On ne va pas couper les cheveux en quatre : la PS4 est exceptionnelle. Suffisamment pour couper l’herbe sous le pied à Microsoft ? Les choses sont évidemment un peu plus compliquées.

Design et fabrication

Plus petite et plus légère qu’elle n’apparaît en images, la PS4 n’aura aucun mal à trouver une place chez vous. En fait, elle est assez proche de la PS4 Super Slim en termes de profondeur et de hauteur. Bref, elle est très compacte, ce qui est plutôt impressionnant compte tenu de la puissance qu’elle embarque.

Le design est assez subtil, et pour le moins classieux. On est juste un peu déçu par le système de chargement des disques : rien de grave, mais on aurait bien aimé cette fluidité que l’on a, par exemple, sur la Wii U.

Le plus important, toutefois, c’est la nuisance sonore, et de ce point de vue, force est de constater que la PS4 se révèle très discrète. Nous avons mesuré 42 dB à 14 cm de la console, un chiffre qui monte à 51 dB au moment du chargement d’un disque. Toutefois, on retombe à 43 dB une fois que le chargement est effectué. En résumé, on obtient quelque chose de bien plus silencieux que les PS3 et Xbox actuelles.

Un contrôleur plus original qu’il n’y paraît

Pour bien des gens, la manette DUalShock 3 était trop petite, trop légère pour être vraiment confortable, et l’absence de gâchette était une faute ergonomique très tangible avec les jeux de course ou de tir. Et heureusement, même si cela n’en a pas l’air comme cela, la DualShock 4 constitue une véritable amélioration.

On n’y gagne un peu en poids, en taille, la prise en main est plus « ronde », et les boutons L2 et R2 offrent davantage de surface. Tout cela, c’est très subtil, mais au final, on obtient un concurrent sérieux au pad de l’Xbox One.

On passe également du mini USB au micro USB. Les boutons « Start » et « Select » ont été remplacés par « Share » et « Options »,  le premier permettant de faire des captures d’écran automatique, tandis que le second fonctionne grosso modo comme le Start de naguère, donnant toutefois accès à davantage de possibilités.

Toutefois, la véritable nouveauté, c’est un touchpad multipoints cliquable. On n’est pas totalement convaincu par son utilité intrinsèque, mais certains  développeurs pourraient l’exploiter de manière intelligente. À suivre.

On n’est pas totalement renversé non plus par la barre lumineuse sur la partie supérieure du contrôleur. Évidemment, cela permet à la caméra optionnelle de suivre les mouvements, mais comme on ne peut pas voir cette barre quand on joue, la précision s’en trouve entravée.

Le contrôleur dispose d’une prise casque, et on pourra donc brancher n’importe quels écouteurs pour regarder un film ou jouer à un jeu. À ce stade, il est de notre devoir de vous apprendre la triste vérité : les casques Bluetooth de la PS3 ne fonctionneront pas avec la PS4.

Le contrôle de mouvement est beaucoup plus précis que dans le passé, plus réactif et fluide. Au final, si l’on n’est pas convaincu par toutes les nouvelles fonctionnalités, la qualité du contrôleur est indéniable. Et n’oublions pas que Microsoft s’est révélé bien plus timide avec celui de sa nouvelle console.

Une nouvelle interface en demi-teinte

A l’allumage, on vous invitera très certainement à installer une nouvelle version du système. Elle ne pèse que 300 Mo, et ne devrait pas prendre très longtemps à se télécharger, du moins avec la plupart des connexions actuelles. Comptez environ six minutes avant de pouvoir reprendre la main.

L’interface que vous allez alors découvrir n’est pas spécialement excitante, mais elle a le mérite d’être claire et explicite.

La première fois que vous insérerez un disque de jeu, vous serez accueillis par une mauvaise et une bonne nouvelle. La mauvaise, c’est qu’il faudra malgré tout l’installer, du moins en partie. La bonne nouvelle, c’est que cela prendra moins de temps que vous ne pensez. En fait, nous avons pu jouer à Call Of Duty :Ghosts seulement 55 secondes après l’avoir inséré. Le jeu continue de s’installer en tâche de fond, et n’occasionne qu’un peu de bruit supplémentaire de la part de la console. Le fonctionnement, lui, est parfaitement fluide.

Il y a quelques omissions assez déstabilisantes. Par exemple, il n’est pas possible de personnaliser l’arrière-plan. On ne peut pas mettre en jeu en pause et le reprendre. Et plus étrange encore, le DLNA n’a pas été implémenté. Sony affirme «  explorer des possibilités » et on croise les doigts pour qu’une prochaine mise à jour vienne combler cette carence.

Performances : la promesse est tenue

Bien sûr, le jeu en 4K  reste pour le moment l’apanage des PC hauts de gamme, mais une fois que l’on a surmontée cette petite déception, il est difficile de prendre la PS4 en faute.

Il est indéniable que les jeux multiplateformes ont un meilleur rendu sur la console de Sony que sur celle de Microsoft, et la décision de gonfler la mémoire vidéo à 8 Go semble avoir été la bonne.

Nous avons eu l’occasion de jouer à Killzone, qui nous a franchement laissé par terre par la précision de son rendu en 1080p, la fluidité de l’animation, le niveau de détail des personnages… Honnêtement, on n’en  attendait pas davantage. On a été aussi particulièrement épaté par l’originalité de Contrast.

Voici la liste des titres attendus dès la sortie :

Jeux Sony

Escape Plan

Flow

Flower

Killzone Shadow Fall

Knack

Resogun

Sound Shapes

Editeurs tiers

Angry Birds Star Wars

Assassin’s Creed IV Black Flag

Call of Duty Ghosts

DC Universe Online

FIFA 14

Battlefield 4

Just Dance 2014

Injustice: Gods Among Us Ultimate Edition

Lego Marvel Super Heroes

Madden NFL 25

NBA 2K14

Need For Speed Rivals

Skylanders SWAP Force

Indépendants

Blacklight Retribution

Contrast

Trine 2: The Complete Story

Warframe

Remote Play : la classe

On vous a gardé le meilleur pour la fin. Branchez votre PS Vita à votre PS4 vie à le réseau domestique, et vous aurez alors la possibilité de jouer à vos jeux next-gen depuis n’importe où dans la maison.

Bien évidemment, on y perd un peu rendu graphique, mais il n’empêche que les jeux PS4 sont absolument superbes sur l’écran cinq pouces de la Vita. Il y a sûrement un petit déficit en matière de temps de réaction, vous ne pourrez donc pas faire des compétitions en réseau, mais pour des jeux tout simples, aucun problème. Les boutons supplémentaires sont simulés sur l’écran tactile, et on peut faire seulement tout ce qui est possible sur la console de salon. Et puis, on peut tout simplement utiliser la Vita comme contrôleur supplémentaire.

Conclusion

Pour le moment, la promesse semble parfaitement tenue. On apprécie le jeu en 1080p, la possibilité de commencer à jouer à des titres tout en les téléchargeant et des fonctionnalités comme le Remote Play. Maintenant, la balle est dans le camp de Microsoft.

Stuff vous dit tout sur la nouvelle console de Sony.