Philips DesignLine

En découvrant le nouveau téléviseur Philips DesignLine, nous avons eu envie de faire de choses. La première, c’est regarder toute la trilogie Batman dessus ; la seconde, s’est  d’en voler un et ne jamais le rendre.

La vérité, c’est que nous n’avons fait ni l’un de l’autre. Toutefois, nous avons pu avoir un bon aperçu de ce que le téléviseur a dans le ventre. Et à brûle pourpoint, on peut d’ores et déjà dire qu’il s’agit de l’écran le plus sexy que l’on ait jamais rencontré. Le produit existe en deux tailles, 46 pouces et 55 pouces, et sa conception particulière lui donne littéralement l’impression de flotter au milieu de la pièce quand il est allumé. Le panneau avant, en effet, est composé d’une plaque de verre transparente : l’image opère un dégradé très gracieux vers la partie transparente, un peu comme le chat d’Alice au pays des merveilles quand il commence à disparaître sur son arbre. Pour être ingénieux, c’est ingénieux.

Quand l’écran est éteint, il se fond merveilleusement dans le décor, et l’ensemble peut être appuyé contre un mur comme si de rien n’était. Toutefois,  il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une télé : dès lors que vous commencerez à brancher un lecteur Blu-ray et d’autres périphériques à l’arrière, l’effet risque d’en prendre un coup.

À l’intérieur, on trouve un processeur double-cœur, avec le moteur de rendu Perfect Pixel HD (vous savez, le machin qui transforme n’importe quel film en épisode d’Hélène et les garçons) ; du côté de la 3D, c’est un procédé actif. Et bien entendu, le téléviseur est connecté. Grâce à Miracast, on peut faire du streaming depuis un smartphone une tablette Android vers son écran Il existe même une petite application appelée MyRemote pour contrôler l’écran à partir d’un iPhone, d’un iPad ou d’un smartphone Android.

Evidemment, un téléviseur Philips ne serait pas un téléviseur Philips s’il n’avait pas l’Ambilight, et celui-ci est à nouveau de la partie. Petite touche originale : l’arrière  de la télécommande cache un clavier qui rend les fonctionnalités connectées  beaucoup plus simples à utiliser.

On pourrait décemment penser que tout cela coûte un bras, mais ce n’est pas tout à fait le cas. Du moins, pas dans le sens « Bang & Olufsen » de l’expression. Ce sera donc 3000 € pour le 46 pouces, et 3500 pour le 55 pouces. Ce n’est pas rien, c’est vrai, mais ça aurait largement pu être pire.

Philips vient de mettre un grand coup à la concurrence, B&O compris.