Les Aventuriers de l'Arche perdue (Coffret Indiana Jones L'Intégrale en Blu-ray)

Tombé en désuétude au tournant des années 60, le cinéma d'aventure hollywoodien connait un flamboyant retour en grâce en 1981, grâce à l'association de Steven Spielberg et de George Lucas. Portés par les succès de La Guerre des Étoiles et de Rencontres du Troisième Type, et bien que Spielberg vienne de connaître un premier échec avec le foutraque et sous-estimé 1941, les deux hommes ont les coudées franches pour ressusciter le cinéma de divertissement de leur enfance. Epaulés par des scénaristes et des techniciens de talent, ils signent un luxueux serial débordant de péripéties et d'épreuves, qui reste à ce jour l'une de leurs plus belles réussites. Héros invincible mais constamment cabossé et dupé, comparse féminine aussi à l'aise en robe du soir qu'en tenancière de bar louche, pléthore d'animaux dangereux, méchants très cruels... Autant de clichés transcendés par un enthousiasme à déplacer les montagnes et par un humour malicieux qui a le bon goût de ne pas virer à la parodie goguenarde. Biberonnés au cinéma, les deux comparses multiplient les clins d'œil, citant aussi bien L'Homme de Rio de Philippe de Broca (référence avoué de Spielberg, qui ne connaissait pas encore Tintin à l'époque) que Citizen Kane, en passant par En Quatrième Vitesse d'Aldrich. La mise en scène virtuose de Spielberg et la tenue d'un script au cordeau permet à toutes ces références de coexister à l'écran sans jamais sombrer dans la confusion. Ce qui pouvait tourner au pastiche ou au simple hommage un peu mécanique devient par la grâce du réalisateur un objet magique et mystérieux, sur lequel plane le péril nazi et la menace d'une vengeance divine aux conséquences terrifiantes. On ne se lasse pas d'explorer les méandres de ce grand film d'aventure.

Côté technique, commençons par une bonne nouvelle: George Lucas n'a pas profité de cette réédition en Blu-ray pour s'adonner aux bidouillages numériques dont il a le secret. Vous ne verrez donc pas la silhouette d'un Sean Connery de synthèse sur le site de Tanis, ni de crâne de cristal incrusté dans un recoin d'une grotte péruvienne. A l'exception de quelques retouches discrètes (dont l'effacement plutôt bienvenu du reflet sur la vitre qui sépare Harrison Ford d'un cobra agressif, déjà opéré pour les éditions DVD), le film n'a pas été dénaturé. Il faut dire que, contrairement à son comparse, Steven Spielberg n'est pas un adepte de la palette graphique assassine: ainsi, le Blu-ray d'E.T à paraître fin octobre fera table rase de l'épouvantable édition spéciale de 2002, avec ses armes remplacées par des talkies-walkies et son extra-terrestre numérique, pour revenir au montage original de 1982.

Du coup, la restauration et la remasterisation en 4K n'apportent pour ainsi dire que du bon.

Et pourtant, les premières minutes du film nous ont quelque peu inquiétés: logo Paramount en mauvais état, manque de stabilité dans les titres, certains indices laissent d'abord craindre une image en demi-teinte. Pire, à 4:54, le plan sur Alfred Molina couvert d'araignées s'avère particulièrement déficient. Vérification faite, ce même plan était déjà dans un triste état sur l'édition DVD, ce qui laisse à penser qu'il était irrattrapable. Mais les choses ne font heureusement que s'arranger par la suite: passées ces 5 premières minutes d'incertitude, le master s'avère très convaincant, avec un grain cinéma contenu mais bien présent et un beau piqué. La magnifique photo de Douglas Slocombe est ravivée, mais jamais dénaturée, trouvant toujours l'équilibre entre patine rétro et vigueur. La Haute Définition ne joue jamais au détriment des effets spéciaux d'époque, toujours aussi saisissants.

Les amateurs de version originale seront aux anges: le mixage 5.1 DTS HD-MA est spectaculaire en diable, mais remarquablement équilibré. L'un des plus beaux scores de John Williams donne ici le frisson. Les dialogues sont bien clairs et les effets sonores comme les ambiances tirent vraiment parti du multicanal. En revanche, la VF d'époque est moins bien lotie, avec un simple Dolby Digital 5.1, convenable mais forcément en-dessous d'une piste HD.

Les bonus sont réduits ici à portion congrue: quelques bandes-annonces, mais pas le moindre commentaire audio. Un mal pour un bien, car le film bénéficie seul de l'espace disque, ce qui permet à la compression d'être optimale. De plus, tous les bonus sont sur un disque dédié, sur lequel nous reviendrons.

Emmanuel Voisin

Le légendaire Indiana Jones revient dans un impressionnant coffret Blu-ray. Commençons l'exploration avec le premier volet, de loin le plus beau et le plus inépuisable trésor de cette saga.

59,99 €

realisateur

Steven Spielberg

annee

1981

Editeur

Paramount