iOS 6 et Apple Maps : rien ne va plus !

La nouvelle application « Plans » d’iOS6 a certainement marqué une date… mais peut-être pas au sens où Apple l’espérait. Ce nouveau service, qui annule et remplace Google Maps sur le nouvel iOS, s’est rapidement attiré la colère des utilisateurs. En un mot comme en cent, il serait très inférieur à Google Maps.

La BBC a donné quelques exemples : des villes comme Stratford-upon-Avon et Solihull ont disparu (être ou ne pas être, telle est la question), tandis que d’autres ne sont pas au bon endroit ; un musée se voit localisé au milieu d’une rivière ; les photo-satellites sont obscurcies par des nuages. Il y a par ailleurs pas mal de critiques quant à la navigation, qui dévie les usagers de leur objectif de plusieurs kilomètres, leur fait prendre des sens interdits, etc.

TomTom, à l’origine de la cartographie, s’est déjà défaussé en disant que la compagnie ne fait que fournir l’armature du service.

Mais sur Internet, tout prend des proportions impensables en peu de temps. Twitter n’en peut déjà plus, et il y a même un blog tumblr, The Amazing iOS6 Maps, qui se fait l’écho des comportements bizarres de l’application, ou d’images de mauvaise qualité. Le Nouvel Obs s'est aussi livré à ce petit jeu.

Google Maps a disparu des écrans d’accueil d’iOS6, et le géant de la recherche n’a pas encore sorti son application autonome, mais tous les frustrés peuvent encore accéder à ce service depuis leur navigateur Safari.

Pour notre part, en 24h, nous avons été plutôt séduits par le service, et nous sommes bien amusés à survoler virtuellement un New York modélisé avec soin. A relativiser, donc ! En attendant, Trudy Miller, porte-parole d’Apple, a commis la déclaration suivante :

« Nos clients, en passant à iOS6, ont gagné l’accès à 200 nouvelles fonctionnalités parmi lesquelles Apple Maps, notre premier service de cartographie. Nous sommes vraiment enthousiasmés de proposer des à-côtés innovants comme Flyover, la navigation en turn-by-turn, et l’intégration de Siri. Nous avons lancé ce service en sachant qu’il s’agit d’une initiative majeure, et qu’il ne s’agit que d’un début. Maps s’appuie sur le Cloud, et plus les gens l’utiliseront, plus l’application s’améliorera. Nous sommes reconnaissants du retour de nos clients, et nous mettons tout en œuvre pour délivrer la meilleure expérience possible ».

La langue de bois élevée au rang d’art, en quelque sorte. Voyons ce que l’avenir nous réserve, et en attendant, ressortons nos plans de banlieue !

L'appli Apple Maps serait-elle la première grosse bourde d'Apple ?