Astroboy... pour de vrai

Adam Z1, c’est une impressionnante combinaison d’intelligence artificielle et de mécanique. Toutefois, pour l’heure, ses créateurs sont à la recherche d’un financement de 300.000$ pour en faire le « robot le plus intelligent au monde ». Qu’est-ce que tout cela signifie exactement ? Nous avons posé quelques questions à Alex van der Peet, l’architecte-intégrateur IA pour ce projet.

« En termes mécaniques, le visage d’Adam est incroyablement expressif, ce qui peut aider à ce que les gens qui interagissent avec lui comprennent qu’il s’agit d’un être intelligent ». L’équipe semble bien décidée à pousser à fond l’anthropomorphisme ; le public, et les enfants en particulier, seront contents d’avoir un véritable « ami robot » plutôt qu’un androïde légèrement stressant.

Les choses sont sans doute plus étonnantes encore sur le plan logiciel. « Ce sera le premier robot à être totalement intégré à OpenCog, l’une des rares plateformes logicielles qui cherche à reproduire l’intelligence humaine, plutôt que de se cantonner à une tâche restrictive comme savoir jouer aux échecs ou piloter un véhicule ».

Ces deux aspects seuls, affirme Van der Peet, suffiraient à faire d’Adam un projet unique. Mais il y a plus : il sera le premier robot à intégrer un apprentissage via la perception visuelle, avec des raisonnements symboliques logiques. Cela signifie, poursuit Van der Peet, qu’il pourra manipuler des jouets de la même manière qu’un enfant. « Si vous lui demandez : ‘construis moi quelque chose que je n’ai encore jamais vu’, il se rappellera ce ce qu’il vous a déjà montré, et construiras effectivement un objet différent ».

Cela peut sembler simple, mais cette action requiert la combinaison de la perception visuelle, du mouvement, de la théorie de l’esprit et de l’interaction sociale. Ce n’est pas quelque chose que le premier robot venu pourrait faire. En clair, Adam pourrait avoir l’intelligence d’un enfant de trois ans.

Van der Peet estime que si une voiture capable de s’auto-piloter peut donner l’impression d’être, effectivement, un robot extrêmement intelligent, on reste à un seuil inférieur à celui d’un enfant. « Les enfants, même à l’âge de trois ans, ont déjà la capacité de comprendre le monde de manière bien plus complète qu’une voiture-automatique. Ils peuvent bâtir des structures avec des blocs comme s’ils avaient déjà des notions d’ingénierie, peuvent interagir socialement avec les adultes et les autres enfants, et expriment leurs besoins et désirs ».

Quand le projet sera terminé, Adam Z1 devrait avoir toutes ces qualités (avec des capacités de langage et de motricité supérieures à celles d’un enfant humain) : « Il pourra reconnaître des gens, avoir des conversations avec eux et s’exprimer dans un langage naturel ».

Si le projet reçoit le financement espéré (il reste encore 34 jours), Van der Peet pense que Adam Z1 sera le premier pas vers un robot plus grand, plus agile et plus intelligente. Plus adulte, en somme. Cela pourrait être une date importante non seulement pour la robotique, mais pour l’humanité toute entière : « Avoir un système adulte, capable de comprendre qui nous sommes en tant qu’humains, avec une intelligence supérieure à celle des humains les plus intelligents, voilà qui nous permettrait d’investiguer et peut-être résoudre de nombreux problèmes auxquels l’humanité risque de se heurter dans les années à venir. De la médecine à la conception de produits ou la philosophie, tous ces concepts pourront être traités par des systèmes intelligents, portant l’humanité à la prochaine étape de son développement ».

Pour en savoir plus sur Adam Z1, rendez vous sur sa page Indiegogo.

Un enfant-robot intelligent ? C'est pour tout de suite. Interview du concepteur.