Apple iPhone 5

Cette année, Android a attaqué l’iPhone de manière plus féroce que jamais, avec des appareils comme le HTC One X ou le Samsung Galaxy S3 qui ont, il faut bien l’avouer, largement secoué le cocotier. Apple se devait de leur opposer une réponse à la hauteur.

L’iPhone 5 est plus grand, plus rapide, est compatible 4G (à ceci près que pour le moment, cette vitesse de téléchargement n’est d’aucune utilité en France) et dispose du tout nouveau iOS6. C’est probablement le gadget qui, dans la courte histoire du hitech, aura donné lieu au plus grand nombre de spéculations. Toutefois… ne lui manquerait-il pas un petit quelque chose qui lui garantirait une place vraiment à part ? Est-ce qu’Apple en a fait suffisamment pour se distinguer de la masse ?

iPhone 5 – écran

L’écran paraît plus « proche » que jamais. Un nouveau procédé de fabrication a permis d’intégrer les capteurs directement à la dalle LCD, ce qui explique le petit gain en épaisseur. La définition est aussi acérée que dans le passé, et les couleurs plus riches. Les bleus et les pourpres se détachent particulièrement, en comparaison du 4S, et les photos s’en trouvent également grandies. Si l’on compare au Galaxy S3 (qui a une tendance à tirer vers le jaune), les blancs sont plus blancs, et les couleurs plus naturelles.

Le plus grand changement, bien sûr, c’est tout cet espace supplémentaire. Quand on est habitué aux iPhones précédents, on est d’abord un peu perturbé, mais il ne faut que quelques minutes pour s’y habituer… et ne plus vouloir faire machine arrière. 4’’ est une taille plutôt intéressante : juste assez confortable pour regarder des films, avec une ligne d’applications supplémentaires disponible et de nouvelles options pour les vues du calendrier, tout en laissant le téléphone suffisamment petit et agréable pour une utilisation à une seule main.

Apple n’aurait-il pas pu faire un poil plus grand ? Le Galaxy S3 est la preuve que c’est techniquement possible, et se révèle de fait une bien meilleure option pour les films et les jeux ; toutefois, Apple a préféré penser à ceux qui avaient des petites mains. Et puis, augmenter la taille de l’écran aurait signifié augmenter la résolution dans le même temps, histoire de garder l’appellation « Retina ». Dommage : en mode paysage, le clavier ne profite pas de ce gain de pixels. Une opportunité manquée, de notre point de vue.

Par ailleurs, seules les applications Apple tirent parti de cet espace supplémentaire pour le moment. Les applis tierces restent confinées au centre de l’écran, avec un liseré noir autour d’elles. Néanmoins, il ne devrait pas se passer trop de temps avant que des mises à jour d’applis existantes viennent remplir l’écran dans son entièreté.

iPhone 5 – design et fabrication

Si vous jetez un coup d’œil trop rapide à l’iPhone 5, vous pourriez bien le prendre pour un 4S. Les coins arrondis, les arêtes plates : tout cela en est confondant de similitude. En revanche, si vous retournez la bête, une différence de taille : le dos en verre est désormais remplacé par un panneau d’aluminium. Le verre demeure, en haut et en bas.

D’un côté de l’unité, on trouve l’interrupteur de blocage/passage en mode silencieux (plus petit et moins agréable sous le doigt que son incarnation précédente), à côté des contrôles de volume ; de l’autre, il y a le nouveau slot pour Nano SIM. Si vous comptez passer à l’iPhone 5… il va vous falloir une nouvelle carte SIM.

Quand vous prenez en main l’appareil pour la première fois, la perte de poids et d’épaisseur est assez saisissante. Avec 112g et 7.6mm d’épaisseur, ce n’est ni le plus léger, ni le plus fin smartphone du marché, mais il s’en rapproche grandement et reste plus conciliant avec les poches de costumes que le Samsung Galaxy S3.

Ceci étant posé, le smartphone ne fait pas tant « tout-alu » que ça, en tous les cas pas au sens où on peut l’entendre pour un MacBook Air. La qualité de finition n’en reste pas moins exemplaire, en particulier au niveau des courbures. Ce n’est pas à proprement parler un téléphone pour la « frime », et cet état de fait satisfera les amateurs d’élégance autant qu’il décevra les fashion-victims.

Esthétiquement, a-t-on vraiment fait un pas en avant ? On est content des petites modifications, mais d’un autre côté, le 4S, un peu plus lourd, donnait une impression un peu plus substantielle quand on le tenait en main. Et puis, combien de temps la finition anodisée de l’iPhone 5 restera-t-elle impeccable ?

iPhone 5 – connecteur

Si vous avez acheté récemment un dock iPod hors de prix, genre le Zeppelin de B&W, vous êtes en droit de frémir. Apple s’est débarrassé du fameux connecteur à 30 pins pour adopter le Lightning, tout nouveau tout beau, intégralement numérique. Mais hélas, totalement incompatible avec l’ancien.

Apple lance bien sûr deux nouveaux adaptateurs, mais ils ne sont pas donnés, d’une part, et massacreront l’esthétique de votre installation par ailleurs (si tant est qu’ils s’adaptent sur votre dock actuel, ce qui n’est pas gagné).

C’est vrai, le Lightning est plus agréable à utiliser que l’ancien connecteur. Il est réversible, costaud, et du coup, on peut s’attendre à ce qu’une horde de nouveaux docks débarque dans un futur proche (Bose, B&W et JBL sont déjà sur les rangs). Des adaptateurs Lightning vers HDMI et Lightning vers VGA (oui, il y a encore deux ou trois personnes que ça peut intéresser) sont prévus également.

Le micro et les haut-parleurs ne sont pas loin. Ces derniers ne vont pas vous faire sauter au plafond, mais le son est bien rond, plein, et suffisant pour passer des appels en main libre, suivre des indications de navigation GPS, ou vous faire des ennemis mortels dans le bus. Quant à la prise casque, pour la première fois depuis le lancement de l’iPhone, elle se trouve sous l’unité.

iPhone 5 – écouteurs

La prise casque, parlons-en : qu’y brancher ? Apple insiste pour que vous essayiez ses tout nouveaux EarPods, qui sont fournis en standard. Ils ont plutôt fière allure et sont indéniablement une belle amélioration par rapport aux casseroles précédentes, ne serait-ce qu’au niveau du confort. En revanche, l’isolation sonore est assez réduite : vous entendez le vacarme extérieur… et le vacarme extérieur vous entend (c’est presque du Nietzsche) !

Qu’il soit bien entendu que ces écouteurs sont tout à fait décents… mais que si vous êtes vraiment un esthète du son, il faudra malgré tout passer à quelque chose d’un peu plus sérieux, comme les SoundMagic E10.

iPhone 5 – vitesse

Le nouveau processeur, l’Apple A6, offre un gain de performances très notable par rapport à l’iPhone 4S. Les applications se chargent beaucoup plus rapidement, les animations 3D et 3D sont plus fluides, et le passage d’une appli à une autre est également plus rapide. Siri s’ouvre instantanément, l’ajout d’une pièce jointe à un email est immédiate, et la caméra est au garde-à-vous en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Qui plus est, on peut maintenant prendre une photo en HD tandis que l’on filme en 1080p. En un mot comme en cent : à l’usage, il s’agit du smartphone le plus réactif du marché à l’heure actuelle.

Un petit coup de benchmarking ? Le test GLBenchmark Egypt High donne un indice de 6766, contre 1158 pour l’iPhone 4S. Le test Offscreen est plus serré : 16681 contre 8346. Au quotidien, peu importe ; mais tout cela semble indiquer que l’iPhone 5 en a méchamment sous la pédale pour des applications futures.

iPhone 5 – appareil photo

L’iphone 5 est tout aussi habile pour la capture d’images fixes, avec un nouveau mode Panorama remarquablement bien pensé. Mais surtout, on est impressionné par la quantité de détails que l’on peut récupérer dans la pénombre ou en intérieur (du moins dans un contexte « smartphone »). Regardez un peu la différence entre un 4S et un 5 sur ces deux clichés.

Cependant, force est d’admettre que la lentille n’est toujours pas très bien placée. En mode paysage, on court le risque de mettre son doigt devant l’objectif, et la tenue en main n’a rien de facile.

iPhone 5 – iOS 6

Sur les applis nouvellement installées, un petit bandeau « nouveau » fait son apparition ; l’application email offre une nouvelle manière d’afficher les messages récents ; et puis, il est possible de spécifier un certain degré de disponibilité en fonction des appelants.

Les réseaux sociaux sont mieux intégrés que précédemment. Facebook fait désormais partie intégrante de l’écosystème, et permet de poster des photos directement depuis l’application Photos (et même à l’aide de Siri). Les anniversaires de vos amis apparaissent dans le calendrier, et les numéros de téléphone dans Contacts. Vous avez trop d’anniversaires tous les jours ? Il fallait y penser avant d’ajouter la jolie caissière du Franprix à vos amis FB.

Allez, encore des changements ? Le flux de photos peut être paramétré pour envoyer une notification à vos proches quand vous rajoutez un cliché (du coup, faites quand même attention à ce que vous prenez, on en connaît qui vont finir chez l’avocat), Facetime fonctionne désormais en 3G et en Wi-Fi, et il y a même une boite « VIP » qui vous prévient quand vous recevez une missive d’un contact important. Par ailleurs, il est possible d’utiliser une signature différente par compte email.

Rien de révolutionnaire à signaler, cependant. Apple a décidé qu’on ne changeait pas une formule qui gagne, et on peut le respecter. Seulement, il faut bien avouer que les écrans d’accueil sous Android, avec leurs widgets, sont un peu plus funky. Ce maillon de la chaîne iPhone tient encore… mais il pourrait céder tôt ou tard.

iPhone 5 – App Store et iTunes

Les applis iTunes et AppStore ont été dépoussiérées, et ressemblent davantage à leurs versions « bureau ». On a plus d’informations sur chaque page, et moins l’impression de consulter une liste. Il y a de nouveaux carrousels à parcourir, de nouveaux onglets, etc. Comme toujours avec iOS, ces modifications sont tellement intuitives qu’on ne les remarque pas immédiatement. Sur le long terme, on en sort vraiment gagnant.

En ce qui concerne les applis, elles tournent pour la plupart avec les barres noires dont nous parlions plus tôt, mais cela ne pose pas de gros problème à l’usage. iOS continue de tenir la dragée haute à Android et Windows Phone en matière de contenu. L’AppStore reste la grande force d’iOS.

iPhone 5 – Plans

On a déjà eu l’occasion de vous toucher deux mots de la nouvelle application Plans d’iOS6, et il s’agit peut-être du changement le plus spectaculaire du système d’exploitation. Adieu Google Maps ! Bienvenue à l’application-maison d’Apple. Une bénédiction ? Oui, mais avec quelques bémols.

La fonctionnalité-phare, c’est le « flyover » (survol), qui introduit de nouvelles cartes de villes en 3D. Pour le moment, il faut se contenter de quelques villes à travers le monde, et les applications pratiques sont assez limitées. N’empêche que le rendu est à tomber à la renverse ! Un pur gadget ? Sans doute, mais on est tombé amoureux quand même.

Plans peut même être utilisé pour une navigation stricto sensu, avec des indications vocales « turn-by-turn », l’info trafic, etc. Pas mal du tout, mais un net cran derrière la version Android de Google Maps en terme de capacité de recherche et de pertinence des informations (Google Maps est plus à jour sur les nouveaux sens-interdits, etc).

iPhone 5 – Siri

Siri aussi a été revu et corrigé – et se révèle désormais encore plus puissant. Si on lui demande « Quels sont les meilleurs films qui jouent dans le coin, aujourd’hui ?», il proposera une liste des films passant dans les deux cinémas les plus proches, classés selon des services comme RottenTomatoes (pour la France, on ignore encore qui fournira un tel service).

De manière générale, Siri est beaucoup plus habile qu’avant pour transformer une question compliquée en une action ciblée et précise. Mais peut-on vraiment parler d’une amélioration propre à l’iPhone 5, dans la mesure où tout le traitement se fait sur un serveur externe ?

iPhone 5 – 4G et connectivité

L’un des atouts les plus vantés (a priori) de l’iPhone 5, c’est sa compatibilité avec les réseaux 4G LTE, avec, à la clé, la possibilité de télécharger à des vitesses ahurissantes de 100mbps. Pour le moment, deux facteurs s’opposent à un test en bonne et due forme. Le premier, c’est l’absence de cartes Nano SIM compatibles ; le second, c’est l’incapacité de l’iPhone 5, à ce jour, à exploiter cet aspect sur les réseaux français. Il faudra, dans tous les cas, une mise à jour : soit du terminal lui-même, soit de la norme de communication dans la bande des 1800 MHz. Reste qu’en Europe, pour le moment, seuls Deutsche Telekom et Everything Everywhere au Royaume-Uni peuvent exploiter la 4G de l’iPhone. En France, Bouygues est sur les rangs, et pourrait griller la politesse à Orange dont le réseau est déjà partiellement déployé… et incompatible.

Et pour les pantouflards, le Wifi épouse désormais la norme n. Pratique pour les téléchargements en tout genre : on a pu constater que les applications s’installaient en moyenne deux fois plus vite qu’avec un 4S.

La qualité d’écoute est supposément au top avec l’iPhone 5, mais force est d’avouer qu’on n’a rien noté de différent. Il supporte les services voix HD, avec un codec audio amélioré. Bon, admettons ! Mais à part le cadran du téléphone, redessiné pour la nouvelle forme de l’écran, on n’a pas été bouleversé par cet aspect.

iPhone 5 – NFC ?

Si vous pensiez qu’Apple allait donner à la technologie NFC la petite décharge électrique dont le standard avait besoin, désolé, mais il faudra repasser. Néanmoins, iOS6 embarque désormais une application appelée Passbook, qui permet de garder dans un porte-monnaie virtuel vos cartes d’embarquement, cartes de fidélité, etc. Passbook sait se repérer dans le temps et l’espace, et vous préviendra donc qu’il est temps de montrer tel ou tel document selon votre emplacement et l’heure qu’il est.

iPhone 5 – autonomie

iPhone 5 – verdict

Le moment de vérité. Est-ce que l’iPhone 5 justifie son prix ? Oui, absolument. Et est-ce qu’Apple en a fait assez pour reconquérir son trône de roi des smartphones ? Certes, mais certainement pas avec le panache des occasions précédentes. Android a tellement progressé en douze mois que l’iPhone a vu sa superbe largement écornée ; les amateurs de widgets et de plateformes ouvertes se tourneront définitivement vers le Samsung Galaxy S3 ou le HTC One X.

Ceci étant, si l’iPhone 4S a été surpassé, il ne l’a pas été de beaucoup, et les modifications apportées à l’iPhone 5 sont suffisantes pour reprendre un peu d’avance. L’iPhone 5 n’est ni flashy, ni aussi impressionnant que ses précédentes incarnations, mais il n’en est pas moins une amélioration significative d’un produit déjà excellent, avec la meilleure « applicothèque » du marché. Tout cela en fait définitivement le meilleur smartphone au monde… pour le moment.

TEST EXCLUSIF : le nouveau bijou d'Apple examiné sous toutes les coutures

à partir de 679€

dimensions

123.8mm x 58.6mm x 7.6mm

poids

112g

Autonomie (en veille)

225h

Stockage

16/32/64 Go

Dimensions

123.8mm x 58.6mm x 7.6mm

tel_resolution_apn

8 MP, flash LED, f/2.4

Résolution vidéo

1080p

Sortie Audio

-

Processeur

Apple A6