Étant donnée la manière dont a été révélé le nouvel iPad Pro 9.7, lors de l’un des plus petits événements de presse qu’Apple ait tenu depuis des années, nous ne nous attendions pas à grand chose de sa part.

Il peut facilement passer inaperçu : c’est juste un iPad Air 2 avec quelques fonctionnalités de l’énorme iPad Pro n’est-ce pas ?

C’est un peu comme dire que le Martini est l’association du gin et du vermouth : le résultat est sacrément délicieux.

Et c’est aussi le cas ici. En combinant le facteur de forme du Air 2 avec la productivité et les possibilités de créativité du Pro (plus des ajouts qui ne sont même pas sur le grand modèle), Apple a tout simplement produit l’iPad ultime.

Un visage familier

Si familiarité rime avec mépris, Apple joue à un jeu dangereux avec l’iPad Pro 9.7 : seul un expert pourrait faire la différence entre celui-ci et le Air 2 au premier abord. En fait, tous deux ont des dimensions et un poids totalement identiques.

Mais nous savons qu’Apple aime exploiter au maximum le design de ses produits, et pourquoi les blâmer ? Il reste magnifique, incroyablement fin et fabuleusement léger.

Si vous aimez jouer au jeu des différences, regardez directement sur le panneau arrière. Le nouveau Pro peut être identifié par son imposant appareil photo (qui étonnamment ne créé pas d’instabilité lorsque l’appareil est posé sur une surface plane) et son flash associé True Tone, alors que les modèles cellulaires ont juste une ligne blanche vers les coins supérieurs, à la place de l’étrange panneau de l’iPad Air 2.

Comme le plus gros Pro (et contrairement au Air 2) le Pro 9.7 possède deux sets de haut parleurs à la fois en bas et en haut, plus une rangée de cercles magnétiques formant le Smart Connector d’Apple pour le clavier.

Bien sur, si l’iPad que vous tenez est or rose, vous n’avez pas besoin de faire la chasse aux différences.

Un accueil plus chalereux

En termes de spécificités, l’écran de l’iPad Pro 9.7 à l’air identique à celui du Air 2. Tous deux ont une diagonale de 9,7“ et une résolution de 2048 x 1536, dont résulte une densité de 264 ppp.

Ici à Stuff, nous regrettons que la résolution n’ait pas augmenté depuis le premier iPad Air lancé en 2013, mais personne en regardant l’iPad Pro 9.7 ne trouvera un manque de détail ou de netteté. Littéralement chaque personne à qui j’ai montré le nouveau Pro ces derniers jours a marmonné quelque-chose comme « cet écran est incroyable ».

Et plutôt que de se lancer dans la course à la 4K, Apple a préféré améliorer l’écran de manière bien plus intéressante.

Il s’agit du premier appareil à avoir un écran True Tone, qui me permet d’utiliser tout un étalage de capteurs invisibles sur sa face pour gérer la lumière ambiante et ajuster la balance des blancs selon l’environnement.

L’idée est que cet écran se comporte plus comme une feuille de papier dans le sens où il reflète la chaleur des lumières autour de vous, ce qui est moins discordant et plus facile pour les yeux. C’est une extension plus maligne et  intelligente de Night Shift à plusieurs niveaux, la fonctionnalité ajoutée à tout appareil avec iOS 9.3 qui réduit les teintes bleues pour vous relaxer lorsque vous approchez du coucher.

True Tone fonctionne vraiment comme espéré. Vous ne le remarquerez pas à chaque fois (c’est un peu le but) mais dans une pièce plus chaude, l’écran fait de même et quand lire sur un iPad ne donne jamais la même impression que de lire sur du papier, l’expérience ici est plus naturelle que sur n’importe quelle autre tablette.

Mais il y a aussi un inconvénient, dans le sens où True Tone change la balance des blancs de tout ce que vous regardez sur le Pro, inculant les films, les photos et les jeux, lesquels vous voulez vraiment voir aussi proche que possible de leur forme originale.

Si vous êtes quelqu’un comme moi, alors vous vous retrouverez à fouiller dans les réglages de l’écran de manière à activer ou désactiver True Tone aussi souvent que vous voulez. La possibilité de désigner des applications qui désactivent automatiquement True Tone serait très appréciée dans le prochain iOS, Apple.

Dans les combines du True Tone, la réduction des reflets de l’iPad Pro n’a pas l’air très intéressante. Mais comme il n’y a aucun moyen de vérifier l’argument d’Apple sur la réduction de 40 % de la réflectivité, je peux affirmer que les reflets sont moins brillants et distrayants.

Performances de Pro

Si l’iPad Air 2 concerne surtout la consommation de contenu, les nouveaux Pros sont plus destinés à la création, permise à la fois grâce aux  accessoires et aux performances.

Sous la capuche de l’iPad Pro 9.7, se cache la même puce A9X (et le même coprocesseur M9) que son grand frère, et alors que la RAM a été réduite de 4 Go à 2 Go, ce qui ne l’empêche pas de prendre d’assaut tout ce que vous lui jetez à la figure.

Il en résulte une expérience extrêmement fluide prompte en tout point, et si un dessinateur très exigeant pourrait trouver quelques manquements aux 2 Go de RAM, un dessinateur très exigeant achètera surement le plus grand Pro de toute façon.

Vous voulez des chiffres sur la performance ? Je sais que oui. Antutu donne au Pro grand modèle un score de 184065 et 162735 au plus petit, la différence majeure se trouvant dans la 3D. Le Air 2, en comparaison, obtient seulement 108103. Considérant que le Air 2 a toujours donné une impression de rapidité, il est évident que les deux Pros ont tout un tas de puissance à partager.

Qu’allez vous faire de toute cette puissance ? L’idée est que vous allez créer des trucs, que ce soit un film épique (vous pouvez éditer trois films en 4k en même temps), ou dessiner une œuvre d’art à main levée.

Je ne suis certainement pas un artiste mais je peux apprécier la sensation naturelle de dessiner sur le nouvel iPad. Le poids du stylet (109 € tout de même) est juste parfait, la manière dont lui et l’écran réagissent à la pression et à l’angle est juste magique, et la technologie de rejet de la paume vous permet de vous appuyer sur l’écran comme sur une feuille de papier. L’artiste de l’équipe Stuff acquièsce. C’est sa main et son dessin de crâne que vous pouvez voir en photo au dessus.

Un clavier compact

Évidemment, en tant que rédacteur, c’est le clavier qui m’intéresse le plus. Et bien qu’il ne soit pas aussi magique que le stylet, il m’a plutôt impressionné. Oui, il est petit comparé à un clavier d’ordinateur. Non, il n’a pas de pavé tactile, et il n’est pas assez rigide pour taper sur vos genoux (vous pouvez provisoirement). Mais il est très facile à adapter et laisse une sensation très agréable sous les doigts avec un sentiment de claquement malgré le mouvement peu profond.

Je ne pense pas que le moment soit venu de remplacer votre ordinateur par une tablette, mais c’est plus parce que les applications de productivité ne sont pas aussi, comment dire, productives que leur équivalent sur ordinateur que pour des raisons matérielles. Et maintenant qu’Apple a développé la plateforme, les développeurs devraient en profiter dans peu de temps. Le nombre d’applications qui utilisent le stylet a largement augmenté depuis le premier Pro lancé en novembre dernier, et maintenant qu’un modèle grand public et plus abordable est disponible, cela devrait accélérer encore plus cette croissance.

Il faut également mentionner que les fonctionnalités et la puissance supplémentaires du Pro 9.7 n’empiètent pas sur la durée de la batterie. L’argument du « jusqu’à 10 heures » d’Apple semble avéré. J’ai facilement tiré plus d’un jour d’autonomie de chaque charge. 

Un appareil photo au niveau

L’iPad Pro 9.7 a le même appareil photo que l’iPhone 6s. Fin de la section.

Ok quelques détails supplémentaires.

Il s’agit vraiment de l’instrument de 12 MP de l’iPhone 6s, complété par le flash True Tone qui fera en sorte que vos amis apparaissent un peu moins fantomatiques sur les clichés de nuit.

Effectivement, les photos prises avec l’iPad Pro 9.7 ont l’air pratiquement identiques que celles prises avec le 6s. Nettes, précises et naturellement colorées. Vous pouvez capturer des photos animées avec Live Photo, même si les regarder sur le Pro implique une longue pression sur l’écran étant donné l’absence de 3D touch.

Mais toute personne qui se respecte rejettera l’idée de prendre une photo avec une tablette, et bien qu’Apple insiste sur le fait que l’iPad Pro 9.7 et ses compétences photographiques améliorées peuvent être utilisés à but productif, il s’agit plus d’un argument de niche selon moi.

Ceci dit, Apple avait déjà le capteur et le logiciel, alors pourquoi ne pas les implanter dans l’appareil ? Personne ne se plaindra du fait que l’appareil photo soit trop bien.

Une question de prix

Le Pro 9.7 n’est pas un remplaçant à l’iPAd Air 2 : il est un cran au dessus, tout comme son prix. Une comparaison directe est trompeuse, sachant qu’aucun des deux ne possède les mêmes capacités de stockage. Mais le premier modèle est à 695 € quand le Air 2 est à un prix plus abordable de 439 €.

Le Pro vous donne effectivement 32 Go de stockage (des versions 128 Go et 256 Go sont également disponibles) mais comme avec le plus gros modèle, ni le stylet ni le Smart Keybord ne sont fournis, comptez donc 109 € et 169 € de plus.

iPad Pro 9.7 : verdict

Mais si vous aimez le concept d’une tablette qui vous permet d’être plus créatif et productif, ces dépenses valent le coup.

Elle ne remplacera pas votre ordinateur portable mais peut prendre le relai quand vous en aurez besoin, et c’est un objet bien plus sympa, naturel pour lire. Et la lecture n’est-elle pas l’activité à laquelle nous nous adonnons le plus sur nos tablettes entre les pages web, les livres et les magazines ?

Donc même si le Pro 9.7 n’est pas le produit destiné à tous, en combinant les possibilités en termes de productivité du grand iPad Pro et les formes compactes du Air 2 (et quelques fonctions supplémentaires), Apple a créé l’iPad ultime et par conséquent, la tablette ultime. 

L’avis de Stuff 

Apple iPad Pro 9.7 - test

Elle est chère, mais l'iPad Pro 9.7 est peut être la tablette parfaite.
à partir de
€ 695
Points forts 
Incroyablement puissant
Un design intemporel et presque sans défaut
True Tone rend l'affichage vraiment naturel
Un bel outil pour les profils artistiques
Points faibles 
Il faut vraiment désactiver True Tone pour les vidéos, photos etc
Pas donné du tout