Auto-fail : la voiture sans conducteur de Google est rentrée dans un bus pendant un test

La route est encore longue pour les voitures autonomes

Dans le futur, les voitures seront complètement autonomes et seront capables de transporter les humains d’un point A à un point B sans commettre d’erreur ni rencontrer d’accident. Mais pas en 2016 : il y a quelques jours, la voiture sans conducteur de Google est rentrée dans un bus.

Google a confirmé il y a quelques jours que l’une de ses voitures test, une Lexus RX450h équipée du logiciel de la compagnie et d'une myriade de capteurs (photo ci-dessus), a percuté un bus à Mountain View (Californie) le 14 février dernier. Oh, pas un accident gravissime, disons plutôt un gros accrochage : la voiture n’allait pas vite et aucun blessé n’est à déplorer. La voiture en revanche a des dommages au niveau des roues, du pare-choc et des capteurs.

Les voitures de Google ont déjà été impliquées dans des accidents dont elles n’étaient pas à l’origine (l’une d’entre elle a même été arrêtée par un agent de police), mais l’entreprise reconnaît que, cette fois, les deux véhicules avaient leur part de responsabilité. La voiture a voulu changer de file pour éviter un sac de sable présent sur la chaussée, en espérant que le bus ralentisse et la laisse passer. Ça ne s’est pas passé exactement comme prévu.

"Notre conducteur testeur avait vu le bus dans le rétroviseur, mais a fait le même calcul que notre logiciel : il s’attendait à ce que le bus ralentisse ou même s’arrête. Et on peut imaginer que le conducteur de bus, de son côté, s’attendait à ce que nous restions dans notre file. Malheureusement, ce malentendu a cause la présence des deux véhicules au même endroit sur la même file", révèle le communiqué de Google. "Ce genre de quiproquo arrive tous les jours sur la route, entre conducteurs humains."

Google précise que c’est "un exemple classique d’une négociation au volant" et que, plus important encore, le logiciel de conduite a appris de son erreur. Les développeurs ont intégré l’incident dans leur simulateur, en testant "plusieurs milliers de variations" et ont poussé le logiciel à prendre des décisions plus intelligentes à l’avenir.

"À partir de maintenant, nos voitures comprendront mieux que les bus et d’autres grands véhicules ont moins tendance à laisser passer d’autres types de véhicules. Nous espérons maîtriser davantage ce genre de situations dans le futur", conclut Google.

[Source: Reuters via Engadget]