La Touch Bar du MacBook Pro : innovation ou coup marketing ?

Après quatre jours passés en compagnie du nouveau MacBook Pro, il est temps de savoir si la Touch Bar peut révolutionner nos vies.

Au cours des dernières années, Apple a souvent été critiqué pour son manque supposé d’innovation. La marque n’a pas été la première à lancer une smartwatch ou une tablette, et ses smartphones innovent chaque année par petites touches successives par rapport au modèle précédent.

« Quand Apple va-t-il faire quelque chose de totalement nouveau ? » demanda internet. À cela, Tim Cook répondit : « Regardez notre nouvelle Touch Bar ! ».

Même si elle n’est présente que sur certaines versions du nouveau MacBook Pro, la Touch Bar est toute nouvelle. Mais est-ce une innovation ou un gadget bling-bling ? Nous avons utilisé le nouveau MacBook Pro pendant quatre jours et voici ce que nous avons à dire.

Mais avant cela, rappelons le rôle et le fonctionnement de la Touch Bar.

La Touch Bar pour les nuls

Apple a décidé de remplacer la rangée des touches fonctions par un panneau multitouches à dix points : dites bonjours à la Touch Bar. Elle est étonnamment nette et offre de nombreux détails quand vous naviguez entre les photos minuscules et les onglets Safari, vous pouvez donc clairement voir ce qui s’affiche devant vous.

Alors que je montrais la Touch Bar à un ami, il a avoué qu’il y avait beaucoup plus de possibilités de customisation qu’il ne l’imaginait. Chaque application possède sa sélection unique de boutons qui peuvent être placés sur la Touch Bar.

Quand elle est par défaut, elle donne accès aux contrôles habituels d’un MacBook normal, boutons de luminosité et de volume inclus. Mais vous pouvez en ajouter, profitez par exemple de la touche screenshot pour immortaliser n’importe quel moment gênant d’un de vos amis, si vous en avez.

Si vous vous demandiez, les touches fonctions sont toujours là, mais il vous faudra appuyer sur Fn pour qu’elles s’affichent.

On adore

 

Le Touch ID est une de mes fonctions préférées

Si vous avez du mal à vous souvenir de vos mots de passe, Touch ID est fait pour vous. Qu’il s’agisse de télécharger une application, de déverrouiller votre MacBook Pro ou de faire des achats sur un site avec Apple Pay, c’est rapide et simple. Il faudra toutefois allumer votre ordinateur avant de le débloquer avec votre empreinte.

Vous pouvez enregistrer jusqu’à cinq empreintes sur un compte, ou cinq comptes avec une empreinte chacun. La seconde solution s’adresse aux personnes partageant leur MacBook Pro, vous pourrez ainsi passer d’un compte à l’autre en une pression. La fonction devient vite si indispensable qu’on se demande pourquoi Apple ne l’a pas ajouté plus tôt.

Raccourcis au bout des doigts

La Touch Bar est pour moi la plus utile quand il est question d’utiliser des fonctions simples qui seraient, sans l’écran tactile, enterrées au fin fond d’un menu déroulant. C’est réellement agréable d’utiliser l’application Photos quand vous faites de l’édition photo grâce aux touches avant et après. Et sur Notes et Pages, vous avez un accès rapide aux fonctions liées au format. J’ai même utilisé Siri plus souvent du fait de sa présence sur la Touch Bar.

Vous n’aurez plus à faire cmd, ctrl et espace pour faire apparaître le clavier à émoji puisqu’un raccourci s’affiche quand vous écrivez un mail ou un message. Les miniatures sont tellement réussies sur la Touch Bar que j’ai essayé d'y afficher le plus de couleurs possibles aussi souvent que je le pouvais.

Une manière intelligente d’agrandir l’écran

Je déteste les écran tactile pour une raison toute simple. J’ai été doté de paumes moites et j’aimerais éviter qu’un écran ne montre mon stress à l’audience au cours d’une présentation importante. Heureusement, le MacBook Pro n’a pas d’écran tactile, enfin, pas de grand écran tactile. La Touch Bar est le meilleur compromis possible : une écran tactile de petite taille intégré au clavier. On parle ici réellement d’une prolongation de l’écran puisque les icônes que vous sélectionnez sur l’écran principal peuvent glisser naturellement sur votre « clavier ». C’est comme s’il n’y avait pas de frontière entre les deux écrans. Sauf si quelqu'un vient construire un mur d'ici là...

On aime moins

Attention : courbe de progression à prévoir

Vous aurez besoin d’un certain temps avant de comprendre comment fonctionne la Touch Bar. L’utilisation n’est pas instantanément instinctive, soyez donc préparé si vous comptez l’acheter. En fait, vous allez d’abord plisser les yeux pas mal de fois étant donné le nombre de possibilités s'offrant à vous.

Cela fait déjà quatre jours que je l’utilise et je ne pense pas être à même de citer les raccourcis dans les différentes applications ou d’appuyer intuitivement sur tel ou tel raccourci sans regarder. À moins qu’il soit question du Touch ID.

Les applications tierces desservies 

J’utilise Google Chrome plus que Safari et il y a plus de chances que j’ouvre Google Docs plutôt que Pages. Pour cette raison, j’aimerais que les raccourcis disponibles sur les applications « natives » soient aussi présents sur les logiciels tiers. Avant que cela n’arrive, je préfère m’en passer pour éviter d’avoir ensuite à réhabituer mon cerveau à la Touch Bar.

Verdict : là où on va, on n’a pas besoin de touches physiques

Il est trop tôt pour dire si la Touch Bar sera aussi indispensable que le Touch ID, mais d’après ces quatre jours d’utilisation, c’est clairement une fonctionnalité toute fraîche et bien réalisée. Elle a toutefois besoin d’être compatible avec les applications tierces pour atteindre son plein potentiel.

De nombreux détails vous feront tomber sous le charme de la Touch Bar : le fait que la customisation se fasse en glissant simplement les icônes sur la barre ou que les icônes bougent de la même façon que sur l’iPhone. Ce sont les petits détails qui font que certains gadgets Apple deviennent finalement de vraies fonctionnalités appréciées et réussies.

Il est clair qu’Apple est en train de tester le tactile. On retrouve d'ailleurs ici le look du Yoga Book de Lenovo, en plus réussi.

Pourquoi est-ce que je suppose qu’Apple se dirige dans cette voie ? Car avoir trois méthodes d’entrée sur un appareil (clavier, Touch Bar et trackpad) ne ressemble pas du tout à Apple. On imagine beaucoup plus une plaque tactile affichant AZERTY quand vous écrivez, des raccourcis dans chacune des applications et un trackpad gigantesque. Ce serait réellement génial.

Personne n’aime écrire sur un écran, en tout cas pas pour l’instant, mais avec un retour simulant la sensation d’un clavier mécanique, cela pourrait fonctionner. Apple adore ce genre de choses, la 3D Touch de l’iPhone et le Force Touch du MacBook ne sont qu’un début.

De plus, même si Phil Schiller a dit que ce serait contre-intuitif d'équiper le MacBook Pro d'un écran tactile, il n’a rien dit à propos de transformer la partie basse de l’ordinateur en surface tactile géante.

Si la Touch Bar est une préview de cette fonctionnalité, il y a de quoi être plus qu’impatient.